Paire de carafes des Frères DAUM avec monture PUIFORCAT hautes de 26 cm (France)

Frères DAUM, paire de carafes couvertes en verre givré décor dégagé à l’acide d’Iris rose, monture en argent, poinçon Minerve, poinçon E.P (Puiforcat), signées à l’or Daum Nancy sur le fond. Hauteur : 26 cm. Estimation : 2 000 €.

La saga des Daum débute lorsqu’un notaire de Bitche, Jean Daum, ayant fuit l’annexion de la Moselle après la défaite de 1870, achète une verrerie industrielle de Nancy en 1878, la verrerie Sainte-Catherine appartenant à Guillaume Avril et Victor Legrand qui produisait des verres de montre et des bobèches (Une bobèche est une tasse ou un anneau au sommet d’un chandelier, utilisé pour attraper de la cire fondue coulant sur le côté de la bougie). « La Verrerie de Nancy » est née et produit des services de table, demi-cristal dont la production débute le 12 août 1878 avec 150 ouviers.

Ses fils, Auguste et Antonin le rejoignent en 1887 et décident de se lancer dans la verrerie artistique et adoptent rapidement le style Art nouveau que Gallé a développé.

De 1890 à 1914, les frères Daum vont mettre en oeuvre toutes les techniques verrières connues et en inventeront de nouvelles. Pas moins de 3 000 modèles différents seront produits pendant cette période, du plus humble au plus sophistiqué. Les verreries Art Nouveau des frères Daum se reconnaissent entre toutes, à la fois par les techniques utilisées et leur style. Beaucoup, font partie des plus grands chefs-d’oeuvre de l’histoire du verre. Les Frères Daum connaissent alors une période faste pour la Verrerie de Nancy qui emploie 300 ouvriers. La fortune de chaque frère est évaluée à 500 000 francs. Leurs pièces sont vendues dans les maisons Rouard, Delvaux, Blanchet, Luce, Damon, Lecerf ainsi que dans les grands magasins du Louvre, du Bon Marché, du Printemps, des Galeries Lafayettes et les points de ventes hors des frontières.

Les frères Daum ont employé plusieurs des plus grands noms du verre Art Nouveau : Jacques Gruber (1870-1936) a débuté à l’école municipale des beaux-arts de Nancy, puis suit l’enseignement de Gustave Moreau à Paris. De retour à Nancy en 1893, il enseigne à l’Ecole des beaux-arts tout en travaillant pour les frères Daum en tant que créateur de modèle. En 1897, il lance sa propre entreprise et devient, avec Louis-Comfort Tiffany à New York, un des plus grands créateurs de vitraux Art Nouveau. Jacques Gruber s’est aussi intéressé à d’autres matériaux comme le bois et le cuivre. Il quitte Nancy pour Paris en 1920 et adopte l’Art Déco.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/28/daum-un-style-depuis-1875/

Vase d’André HUNEBELLE réalisé vers 1920-1930 haut de 28 cm (France)

André HUNEBELLE (1896-1985), vase à évolution double en verre moulépressé et partiellement dépoli à décor ondé en chute, signé dans le décor. Hauteur : 28 cm. Estimation : 150 €.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/02/21/andre-hunebelle-1896-1985-maitre-verrier-et-realisateur-de-fantomas-et-le-bossu-france/

Les différentes périodes des productions Émile GALLE (France)

Emile GALLE (1846-1904) : on estime la production d’Emile Gallé de son vivant et après sa mort à 1 million de pièces. Elles se divisent en 4 périodes :

Première période (1868-1885) : dite « transparente » et « clair de lune » : vases, aiguières, flacons fermés d’argent ou de vermeil décorés au touret de motifs floraux ou ornés d’émaux de couleurs appliqués à froid (souvent croix de Lorraine), chardons ou décors de fleurs de style chinois ou japonais. Signatures minuscules au touret ou à l’encre noire. Parfois seulement E.G. avec une croix de Lorraine.

Seconde période (1886-1892) : dite « opaque » avec une production de Gallé qui se commercialise. C’est la grande période de l’Art Nouveau. Le Maître Verrier puise son inspiration « au fond des bois »… Les fleurs et les insectes se gravent sur des pièces aux formes exubérantes. Le verre se vitrifie devient plus épais. Signatures extrêmement fantaisistes qui permettent mal de distinguer l’œuvre personnel (voir unique) de la fabrication en série.

Troisième période (1892-1904) : dite « industrielle ». La production se multiplie et seules, les formes et une certaine technique permettent de distinguer la création de l’œuvre courante. Signatures moulées à l’acide, bien visibles sur les pièces. Les œuvres supervisée par Gallé sont gravées au touret ; cristallerie d’Emile Gallé à Nancy, modèle et décor déposés, parfois au miliu d’une pensée ou d’une marguerite.

Quatrième période ( 1904-1931) : dite « industrielle » également comprise de la mort d’Emile Gallé à la fermeture de la cristallerie en 1931. C’est la production en série la plus banale qui fit que l’oeuvre de Gallé ne soit pas plus perceptible aux amateurs de l’entre-deux-guerres, ce qui n’empêche pas que ses pièces s’arrachent actuellement. Beaucoup de décors sont identiques et seule parfois la teinte du verre change. Décors de fruits, de fleurs, de paysages. Signatures moulées, très visibles et précédées souvent après la mort de Gallé d’une petite étoile de 1904 à 1906.

Service de nuit de la Cristallerie SAINT LOUIS haut de 22 cm (France)

Cristallerie SAINT LOUIS, service de nuit en cristal à décor givré dégagé à l’acide sur fond rose comprenant une carafe un gobelet et une soucoupe. Hauteur : 22 cm. Estimation : 400 €.

Incomparable, dense, limpide, sonore et lumineux, né d’une boule de feu et du souffle des hommes, le cristal selon Saint Louis vibre de tout le talent hérité de l’histoire et de l’incroyable fantaisie créative inspirée par l’air du temps.

En 1767, près de deux siècles après sa création, le roi Louis XV confère par lettres patentes à la verrerie de Müntzthal le titre de « Verrerie royale de Saint Louis ». Quinze ans plus tard, François de Beaufort y met au point la formule du cristal. Rebaptisée Cristallerie royale de Saint Louis, la manufacture se consacre dès 1829 à la seule production du cristal et introduit notamment la notion du service de verres pour la table avec le célèbre modèle Trianon.

Aujourd’hui, Saint Louis signe chaque jour des pièces en cristal réalisées par des maîtres verriers et des maîtres tailleurs comptant parmi les Meilleurs Ouvriers de France. Tous sont détenteurs d’un savoir-faire irremplaçable, enrichi de génération en génération. Grâce aux progrès autorisés par les procédés chimiques et mécaniques, pour certains inventés au XIXème siècle, la cristallerie a également su initier les techniques les plus pointues de coloration du cristal, façonnage à chaud, taille à froid, gravure des motifs les plus sophistiqués et décor à l’or.

Marcel Goupy, Jean Luce, Maurice Dufrêne commissionnent l’exécution de modèles décorés de matifs Art Déco à la cristallerie. Jean Sala fut le directeur artistique de 1933 à 1939.

La Cristallerie de Saint Louis existe depuis 1586 (France) 1/3

Coupe des Frères MULLER à décor de fruits d’un diamètre de 13 cm (France)

Frères MULLER (1897-1936), coupe en verre à décor peint de feuilles et fruits de framboisiers signée «Muller Fres Luneville». Diamètre : 13 cm. Estimation : 300 €.

Frères MULLER à Lunéville (1897-1936) l’histoire d’une famille verrier (France)

Vase signé Louis DAMON à décor émaillé de bleuets haut de 30 cm (France)

Louis DAMON (1860-1947), vase à long col en verre émaillé et doré à décor de bleuets. Signé et marqué 20 Bd Malesherbes, Paris. Hauteur : 30 cm. Estimation : 300 €.

Calendrier 2022 des Puces Gourmandes à Nancy (France)

Mise à jour le 20.05.22

Retrouvez également sur ce site les dates des puces de Nancy en vieille ville et les puces de Metz.

Les Puces gourmandes existent depuis 2020. Proposé de nouveau cette année, ce moment convivial vous permet de dénicher auprès des brocanteurs et chineurs des « coups de cœur ». Elles sont installées place Charles III à Nancy, entre le centre commercial saint Sébastien et le marché couvert. Les horaires sont pratiques et l’ambiance est bon enfant.

On retrouve des produits du terroir (d’où « Puces Gourmandes ») qui côtoient verrerie, objets des années 70 et 80, mais aussi vinyles et mobilier de différentes périodes.

Entrée gratuite.

Voici les dates pour cette année sous réserve des conditions sanitaires du moment et annulation par l’organisateur. Nous mettons régulièrement à jour nos informations :

Vendredi 8 et samedi 9 avril 2022 (vendredi de 8 h à 20 h /samedi de 8 h à 20 h) > Annulées par l’organisateur

Vendredi 6 et samedi 7 mai 2022 (vendredi de 8 h à 20 h /samedi de 8 h à 20 h) > Annulées par l’organisateur

Vendredi 13 et samedi 14 mai 2022 (vendredi de 8 h à 20 h /samedi de 8 h à 20 h)> Annulées par l’organisateur

Vendredi 10 et samedi 11 juin 2022 (vendredi de 8 h à 20 h /samedi de 8 h à 20 h)

Vendredi 8 et samedi 9 juillet 2022 (vendredi de 8 h à 20 h /samedi de 8 h à 20 h)

Vendredi 12 et samedi 13 août 2022 (vendredi de 8 h à 20 h /samedi de 8 h à 20 h)

Vendredi 9 et samedi 10 septembre 2022 (vendredi de 8 h à 20 h /samedi de 8 h à 20 h)

Vendredi 7 et samedi 8 octobre 2022 (vendredi de 8 h à 20 h /samedi de 8 h à 20 h)

Vase d’Emile GALLE à décor de chrysanthèmes du japon haut de 58 cm (France)

Emile GALLE (1846-1904), vase en verre multicouche à décor dégagé à l’acide de chrysanthèmes du japon. Hauteur : 58 cm. Estimation : 8 000 €.

On ne peut évoquer « 1900 », « l’Art Nouveau » ou « Nancy » sans évoquer « Gallé ». Le Maître Verrier Emile Gallé a toujours voulu que l’on associe sa ville natale à son nom et son œuvre. Quelques années avant sa mort, il lance « l’Alliance  provinciale des industries d’Art » dite « Ecole de Nancy » (1901), dans un souci de rassembler tous les artistes, artisans et industriels lorrains appartenant à ce mouvement artistique « Art Nouveau ». Emile Gallé était un poète, un savant, un industriel, un humaniste, mais surtout un génie. Toute sa vie, il l’a consacra à comprendre et créer à travers la matière : la céramique, le bois et le verre.

Emile GALLE (1846-1904), Maître de l’Art Nouveau (France)