Vase bouteille Cristallerie de PANTIN période Stumpf, Touvier, Viollet & C. (France)

CRISTALLERIE de PANTIN (1855-1914), vase bouteille à double renflements en verre irisé multicouche simulant le martelage et gravé à l’acide d’un décor dégagé de fleurs mauves. Signé et monogrammé STV Cie à la pointe sous le fond, ancienne étiquette d’inventaire. Hauteur : 40 cm. Diamètre : 19 cm. Estimation : 200 €.

Cette manufacture de cristal fondée en 1851 par E.S. Monot est transférée à Pantin en 1855 (84 rue de Paris), son dépôt est alors situé au  66 rue d’Hauteville à Paris en 1903.

Elle connaît plusieurs raisons sociales « Monot et Cie », puis « Monot Père et Fils et Stumpf », « Stumpf, Touvier, Viollet & Cie » après le retrait de Monot en 1889.

Camille Trutié de Varreux est le nouveau directeur artistique en 1907. Il codirige avec Viollet en proposant une orientation artistique nouvelle : vases, coupes, lampes, en verre à couches multiples, gravé à l’acide d’ornements.

Avant 1914, la Cristallerie de Pantin produit une petite quantité d’œuvres de style Art Nouveau gravée et signée Thiaucourt (attribuée à Emile Thiaucourt), verrier et graveur de talent. Au début de la guerre, la manufacture ferme pour rouvrir en 1919 avec une production de verres moulé pressé réalisée de manière industrielle.

En 1920, l’entreprise déclinant est reprise par la Société industrielle de Verrerie propriétaire de plusieurs verreries en France et dirigée par Touvier puis Jacquemin.

La cristallerie a été active, difficilement dans les derniers temps faute d’investissements et de modernisation des outils de production. Elle ferme en 1925. En 1931, elle est mise en vente et acquise par la société Paris-Pantin qui édifiera des constructions scolaires vers 1940.

Les signatures de la Cristallerie de PANTIN de 1855 à 1914 :

Bon nombre de pièces produites n’ont pas été signées. S’il y a une signature elle est peinte en émail ou en or, gravée à l’acide ou à la roue ou moulée.

Vers 1855 signature « Cristallerie de Pantin », vers 1855-1888 « PANTIN » modèle étiquette, vers 1888-1907 « Pantin PE STV 1299 » pour Stumpf, Touvier, Viollet, et « Cristallerie * de Pantin * STV & C. » pour Stumpf, Touvier, Viollet & C., et « Cristallerie de Pantin * STV & B Marguery – Fleurs – Bordeaux », mais également « Cristallerie d’Art STV & C. » pour Stumpf, Touvier, Viollet & C. Après 1888 « STV » pour Stumpf, Touvier, Viollet et « PANTIN STV » pour Stumpf, Touvier, Viollet, parfois suivie d’un numéro. Vers 1900 « PANTIN et STV » pour Stumpf, Touvier, Viollet et « CP » initiales de Cristallerie de Pantin, signatures monogrammes variantes, également « Les Coquelicots AB CRISTALLERIE D’ART STV », « AB » initiales du décorateur. De 1907 à 1914 « DEVEZ ». Avant 1914 « THIAUCOURT ».

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/27/de-vez-camille-trutie-de-varreux-1872-1942-cristallerie-de-pantin-france/

Publicités

Bonbonnière de Paul NICOLAS signée d’Argental à décor floral (France)

Paul NICOLAS ( 1875-1952), bonbonnière en verre gravé à l’acide, à décor floral. Signée. Diamètre : 12,5 cm. Estimation : 500 €.

Paul Nicolas est issu de l’École de Nancy. Elève d’Émile Gallé dont il rejoint l’entreprise en 1894 après un bref passage chez l’architecte Charles André. Il crée en 1919 sa propre entreprise avec trois artistes de chez Gallé : Pierre Mercier, Emile Villemaux et Eugène Henri Windeck et le soutien des Cristalleries de Saint-Louis.

Il produit à contre-courant des goûts de l’époque, des verreries Art Nouveau proches des séries industrielles des Etablissements Gallé toujours en activités. Les blancs sont produits à Saint Louis, alors que la gravure à l’acide est exécutée à Nancy, dans son atelier.

Il signe d’abord ses productions « d’Argental », puis à partir de la fin des années 1920, de son nom, « P. Nicolas », en y ajoutant de temps en temps la mention « Nancy » et parfois la Croix de Lorraine.

Le style de Paul Nicolas évolue avec le temps. Les oeuvres signées « d’Argental » sont typiques de l’École de Nancy, puis s’en écartent progressivement, en particulier en témoignant de l’influence de l’art déco.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/16/paul-nicolas-1875-1952-ou-dargental-verrier-lorrain-un-de-mes-preferes/

Vase berluze signé LORRAIN haut de 69 cm (France)

Verreries de Belle Etoile, DAUM & Cie, CROISMARE(1925-1934, vase soliflore en verre marmoréen dans les tons jeune et rouge. Hauteur : 69 cm. Estimation : 120 €.

Cette manufacture « Verrerie Belle Etoile »  est créée le 15 décembre 1925 par Antonin Daum afin d’écouler à prix concurrentiels, des articles différents de ceux produits par l’usine de Nancy. Pour mieux marquer la diversité, cette production n’a pas été réalisée à Nancy, mais à Croismare (près de Lunéville), dont Paul est le directeur.

Dès 1927, elle se mécanise pour produire des pièces en verre soufflé pressé et moulé pressé, signées « Lorrain ». Entre 1928 et 1934, Pierre d’Avesn édite des modèles innovants dans cette manufacture signés « Lorrain » et « Lorrain/P D’Avesn ». Pierre Bergé participe également à la production de la Verrerie Belle Etoile avec des décors souvent moulés : vases, coupes, cendriers, flacons, appareils d’éclairage, parfois avec des armatures en fer forgé sans égaler la qualité des productions Daum Nancy qui sont conçus en collaboration avec Majorelle. 

La crise économique des années 1930 touche la Verrerie Belle-Étoile. Elle ferme définitivement le 16 décembre 1934. Une partie des 120 ouvriers est reclassée à Nancy.

Les productions sont signées « Lorrain » moulées en relief, gravées à la pointe ou peinte à l’émail. La signature « Val » est gravée ou peinte. La signature « P D’Avesn/France/Lorrain » est moulée en relief.

Les signatures apparaissent ainsi : « Lorrain », « Lorrain France », « Lorrain Nancy France », « Croix de Lorraine Lorrain », « VERRERIES D’ART LORRAIN ECLAIRAGE OBJETS D’ART VERRERIE DE BELLE ETOILE », « VAL », « Val » ou « P D’AVESN FRANCE Lorrain ».

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/03/27/verrerie-belle-etoile-daum-et-compagnie-croismare-1925-1934-sous-marque-de-daum-france/

Vase en verre signé André THURET haut de 23 cm (France)

André THURET (1898-1965), vase en verre, signé à la pointe. Hauteur : 23 cm. Estimation : 400 €.

André Thuret occupe, à partir de 1922 des postes d’ingénieur aux verreries de Bagneux, puis de Bezons. Il est à la fois scientifique par sa formation et verrier par sa passion.

Participe à ce titre à l’Exposition des Arts Décoratifs de 1925 et obtient, personnellement, un diplôme d’honneur. A partir de 1926, assistant, puis chef de travaux, de la chaire de Chimie appliquée aux Industries de la céramique et de la verrerie au Conservatoire National des Arts et Métiers et Expert près de la Cour d’Appel de Paris, il partage son activité, axée sur le verre, entre son enseignement, la recherche scientifique et sa production d’artiste.

C’est par la science qu’André Thuret est venu à l’art. Ce sont en lui l’ingénieur et le chimiste qui servent l’artiste et déterminent, expérimentalement, les divers stades de son évolution. Le savant met à la disposition du créateur de formes, de rythmes et de couleurs la beauté fluide et transparente du verre et les réactions des oxydes métalliques. Tous les vases, coupes ou flacons de Thuret sont des pièces uniques, soufflées et travaillées selon la technique traditionnelle à une température excédant 1 000 degrés.

A ses débuts André Thuret soufflait la « paraison », masse de verre fluide, dans des moules dont les décors en creux s’inscrivaient en reliefs sur la forme, reliefs colorés ensuite par « roulage » sur le marbre chargé d’oxydes métalliques.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/04/06/andre-thuret-1898-1965-ou-la-science-creee-un-artiste-france/

Coupe en verre de Marcel GOUPY à décor de feuillages et fruits diamètre 21 cm (France)

Marcel GOUPY (1886-1954), coupe en verre à décor émaillé de feuillages et fruits. Signée sous la base. Hauteur : 10 cm. Diamètre : 21 cm. Estimation : 300 €.

Marcel GOUPY (1886-1954) a été peintre aquarelliste avant de se passionner pour la céramique et le verre. Diplômé de l’Ecole Nationale des Arts Décoratifs de Paris, sa rencontre avec Georges (Géo) Rouard en 1909, fut déterminante pour sa carrière. Il commence le début de sa collaboration avec le galeriste Rouard par fournir des dessins et décors de verrerie. Ces premières pièces émaillées apparaissent en 1914.

Il deviendra en 1919, décorateur en chef à la galerie puis son directeur artistique en 1929 à la mort de Géo Rouard, jusqu’en 1954 dans l’atelier du magasin « Cristallerie de la Paix », situé aux 34-36 de l’avenue de l’Opéra à Paris. Ce magasin fut repris par Géo Rouard avec son atelier de décoration situé rue Vieille du Temple. il devient un centre de diffusion de créations décoratives d’avant-garde après la guerre de 1914-1918.

Ainsi, on pouvait y trouver des œuvres de Delaherche, Decoeur, Mayodon, Lenoble pour les céramiques. Les argenteries étaient présentes avec Dunand. René Lalique, Maurice Marinot, Henri Navarre et André Thuret pour les verreries. François Decorchemont était représenté par les pâtes de verre. Les œuvres de Marcel Goupy figuraient parmi toutes ces signatures prestigieuses. Auguste Heiligenstein rejoint de 1919 à 1923 Marcel Goupy, à l’atelier de la rue Vieille du Temple.

La production importante de Marcel Goupy reste marqué par des décors végétaux et de représentations de femmes nues. La technique qu’il a mis au point est basée sur la projection d’émaux opaques ou translucides cernés d’un trait noir.

Les pièces des productions de Marcel Goupy son signées de son nom « M Goupy », ‘M Goupy. », « MG », mais également celles diffusées par la galerie Rouard « Rouard France ».

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/03/22/marcel-goupy-1886-1954-decorateur-au-magasin-cristallerie-de-la-paix-france/

Coupe de la Verrerie de Metz signée VERAME diamètre 41 cm (France)

VERAME Verrerie de Metz, coupe en verre fumé à décor de flocons de neige gravé à l’’acide. Diamètre : 41 cm. Estimation : 120 €.

Pas facile de trouver des informations sur la Verrerie d’Art de Metz, plus connu sous la signature Veramé. Elle a produit dans la région de Metz (Moselle) des vases, bonbonnières, coupes, lustres et services à orangeades…

Les techniques de réalisations sont : gravure à l’acide, décor à froid, émaillage à chaud et taille, ce qui permet de croire qu’elle proposait un catalogue de pièces variés et accessibles. Les vases fumées étant les plus courants.

Si vous possédez des informations sur Veramé, n’hésitez pas à nous les communiquer.

http://verame.fr/Verame/Accueil.html

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/02/05/verame-verrerie-dart-de-metz-la-mysterieuse/

Horaires d’ouvertures du magasin d’art de la table de la Cristallerie de PORTIEUX (France)

Cristallerie de PORTIEUX (1705-2012) : horaires d’ouvertures du magasin d’art de la table :

De Janvier à Mars : du lundi au samedi de 14 h à 17 h 30

D’Avril à Septembre : de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h sauf lundi et samedi matin

D’octobre à Décembre : de 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h30 sauf lundi et samedi matin.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/26/la-cristallerie-ou-verrerie-de-portieux-1705-2012/

Paire de vases de la Cristallerie de PANTIN (STUMPF, TOUVIER, VIOLLET and Co) hauteur 36 cm (France)

CRISTALLERIE DE PANTIN (STUMPF, TOUVIER, VIOLLET and Co), paire de vases balustres en verre multicouche dégagé à l’acide à décor de chardons , titrés , signés sous la base. Hauteur : 36 cm. Estimation : 300 €.

Peu de documents existent sur Camille Trutié de Varreux et son passage remarqué au Cristallerie de Pantin « Stumpf, Touvier, Viollet & Cie ».

Cette manufacture de cristal fondée en 1851 par E.S. Monot est transférée à Pantin en 1855 (84 rue de Paris), son dépôt est alors situé au  66 rue d’Hauteville à Paris en 1903.

Elle connaît plusieurs raisons sociales « Monot et Cie », puis « Monot Père et Fils et Stumpf », « Stumpf, Touvier, Viollet & Cie » après le retrait de Monot en 1889.

Camille Trutié de Varreux est le nouveau directeur artistique en 1907. Il codirige avec Viollet en proposant une orientation artistique nouvelle : vases, coupes, lampes, en verre à couches multiples, gravé à l’acide d’ornements.

Avant 1914, la Cristallerie de Pantin produit une petite quantité d’œuvres de style Art Nouveau gravée et signée Thiaucourt (attribuée à Emile Thiaucourt), verrier et graveur de talent. Au début de la guerre, la manufacture ferme pour rouvrir en 1919 avec une production de verres moulé pressé réalisée de manière industrielle.

En 1920, l’entreprise déclinant est reprise par la Société industrielle de Verrerie propriétaire de plusieurs verreries en France et dirigée par Touvier puis Jacquemin.

La cristallerie a été active, difficilement dans les derniers temps faute d’investissements et de modernisation des outils de production. Elle ferme en 1925. En 1931, elle est mise en vente et acquise par la société Paris-Pantin qui édifiera des constructions scolaires vers 1940.

 

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/27/de-vez-camille-trutie-de-varreux-1872-1942-cristallerie-de-pantin-france/

Vase signé D’ARGENTAL en verre à décor de paysage lacustre haut de 25 cm (France)

Paul NICOLAS (1875-1952) D’ARGENTAL, vase de forme cylindrique renflée en verre gravé à l’acide à décor de paysage de lac et forêt dans les tons de brun sur fond jaune orangé. Signé D’ARGENTAL. Hauteur : 25 cm. Estimation : 600 €.

Passionné de botanique, Paul Nicolas parcourt inlassablement pendant ses loisirs les environs de Nancy à la recherche de champignons et de plantes pour ses herbiers, en particulier des orchidées, qu’il dessine ensuite. C’est grâce à cette passion de la botanique, mise au service de qualités de dessinateur exceptionnelles, que la vie professionnelle de Paul Nicolas prendra sa tournure définitive. En 1894, Emile Gallé fait passer une petite annonce dans plusieurs journaux pour recruter des dessinateurs et peintres sur verre. Paul Nicolas se munit d’un carton d’études et se présente avenue de la Garenne, où il est immédiatement embauché par Gallé qui voit tout de suite en lui de grandes capacités. Emile Gallé l’encourage à garder dans un premier temps ces autres métiers.

Paul Nicolas exerce alors un double métier juridique et littéraire : il devient juge de paix, puis Président du Tribunal pour enfants en écrivant dans de nombreuses revues et journaux locaux, comme critique d’art principalement.

Au sein des établissements Gallé, Paul Nicolas est initié à son futur métier de dessinateur, décorateur sur cristaux, à la pose de l’émail et du vernis et plus tard, de maître verrier, en passant par tous les services de la maison Gallé, y compris la Halle où il apprend à manier la canne.

Emile Gallé se prend d’amitié pour lui et pour son frère Emile, et les introduit dans les cercles de la vie intellectuelle, culturelle et artistique de Nancy, chef de file du mouvement Art Nouveau en France. En 1901, Emile Gallé lui demande d’être membre du comité directeur de l’Ecole de Nancy. Les deux frères rejoignent la franc-maçonnerie.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/16/paul-nicolas-1875-1952-ou-dargental-verrier-lorrain-un-de-mes-preferes/

Coupe des Frères VESSIERE à décor de chardons (France)

Frères VESSIERE (1901-1950), coupe à décor peint de chardons. Hauteur : 7 cm. Estimation : 50 €.

Charles et Justin Vessière ont créé en 1901 un atelier de décoration. Le magasin d’exposition et de vente était situé au 4 de la rue Saint Dizier à Nancy. Ce magasin était connu en temps que dépositaire des produits des Cristalleries de Baccarat mais aussi les propres productions des Frères Vessière.

Jusque dans les années 1950, plusieurs décorateurs formés dans les autres verreries nancéiennes, gravent à l’acide, émaillent et pratiquent la dorure dans cet atelier jusque dans les année 50. Deux générations de Vessière se succèdent au magasin de Nancy jusque dans les années 1990 et quatre au magasin de Baccarat, la cinquième génération est très active et a su s’adapter au changement de la clientèle.

Parallèlement depuis 1882, le magasin Vessière de Baccarat dispose dès son début d’un atelier de décoration réputé. Les modèles bruts ou blanc sont fournis par les Cristalleries de Baccarat, la verrerie des Frères Muller à Croismare ou les Cristalleries de Nancy avec des décors floraux gravés en camée à l’acide sur des verres multicouches ou peints aux émaux polychromes sur des verres teintés. Entre 1910 et 1930, les productions des Frères Vessière sont typiques de celles de l’Ecole de Nancy.

Le magasin Vessière de Baccarat est situé au 1 de la rue de la Division Leclerc à Baccarat (54120). Il propose également à la vente les produits de chez Daum et Lalique. Ouvert 7 jours/7: 03 83 75 10 55.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2017/01/18/freres-vessiere-1901-1950-editeurs-et-createurs-a-nancy-et-baccarat-france/