V1V1V1V1.jpgv1V2.jpgv1v1v2v1

 

v2v3v2v1v5vV2VV2.jpgV.jpgVVV1.jpgV2V.jpgV3V1VV1V9.jpgVV1VV2V1VVV1V1VVVase Daum bullé 3Vase Daum bullé 1VV1V1V1VV.4jpgV1v1VVVVV1V6V6VVV1VV4V3V2V6V4V3V1V2V3VVVVV1VV1V2V1VVVVVV1VV5V4VV1VVVVVV5V2V3V2 vV3VVVVV1V4V1V3V1VV5V3VV2V6V1VVVvV2Vvv2VVvV1V1V4VVV3V1V6VV028004VV1VVV1VV4VV2VV2V2VVV5V4V3V2V1VV2V1V1VV1VVV2vVvV2VDAUM vase en verre quadrangulaire décor fleurs 12,5 cms 1 newsVVVvvvV5VVV3V2VVV3V5V1VV2Vvvv1vV6V2V3V6V5VVVv2vVVV3VvVVV1VVVVVVVVV daumVdaum 1D D1 D2 D3 D4 D5 V D7 D8 D9 DAUM vases en verre gravé et or décor Croix de Lorraine et fleurs de LysD10 D11 D12 D13 D14 D15 D16 D17 D18 D19 D20 D21 D22

La saga des Daum débute lorsqu’un notaire de Bitche, Jean Daum, ayant fui l’annexion de la Moselle après la défaite de 1870 achète une verrerie industrielle de Nancy en 1875, la verrerie Sainte-Catherine.

Ses fils, Auguste et Antonin, décident de se lancer dans la verrerie artistique et adoptent rapidement le style Art nouveau que Gallé a développé. De 1890 à 1914, les frères Daum vont mettre en oeuvre toutes les techniques verrières connues et en inventeront de nouvelles. Pas moins de 3000 modèles différents seront produits pendant cette période, du plus humble au plus sophistiqué. Les verreries Art Nouveau des frères Daum se reconnaissent entre toutes, à la fois par les techniques utilisées et leur style. Beaucoup, font partie des plus grands chefs-d’oeuvre de l’histoire du verre.

Les frères Daum ont employé plusieurs des plus grands noms du verre Art Nouveau : Jacques Gruber (1870-1936) a débuté à l’école municipale des beaux-arts de Nancy, puis suit l’enseignement de Gustave Moreau à Paris. De retour à Nancy en 1893, il enseigne à l’Ecole des beaux-arts tout en travaillant pour les frères Daum en tant que créateur de modèle. En 1897, il lance sa propre entreprise et devient, avec Louis-Comfort Tiffany à New York, un des plus grands créateurs de vitraux Art Nouveau. Jacques Gruber s’est aussi intéressé à d’autres matériaux comme le bois et le cuivre. Il quitte Nancy pour Paris en 1920 et adopte l’Art Déco.

v1
Jacques Gruber

 

v4
Vase Fructidor 1896

Victor Amalric Walter (1870-1959), élève à la Manufacture de Sèvres, développe sa propre entreprise et met en oeuvre chez les frères Daum la technique de la pâte de verre avec des modèles imaginés par Henri Bergé (1870-1937), dessinateur en chef chez Daum.

Henri Bergé a été l’élève de Jules Larcher à l’école municipale des beaux-arts de Nancy. Il prend la succession de Jacques Gruber chez les Frères Daum en 1897. Il est auteur de nombreux dessins préparatoires de verreries et responsable de la formation des apprentis chez Daum.

Il a marqué de son empreinte le style Daum jusqu’en 1914. Henri Bergé est aussi le concepteur des vitraux de la brasserie de Malzéville, le Petit Trianon.
v2
Victor Almaric Walter

 

v8
Vide-poches Caméléon 1925

 

v6
Henri Berger

 

v7
Coupe insecte aux ailes déployées 1920

Charles Schneider (1881-1953), né à Château-Thierry, est entré en 1898 comme modéliste indépendant aux verreries Daum avec son frère Ernest. Ce dernier exerçait la fonction de chef des services artistiques. Il ne participe pas à la création. Il supervise l’atelier artistique et assure les commandes.

Charles est un artiste de génie et créateur infatigable, qui est devenu maître créateur. Il s’intéresse à la pâte de verre auprès d’Almaric Walter et signe quelques pièces, notamment la Coupe au serpent et branches de mûrier. Ce reptile lui inspire aussi un vase avec une anse en forme de serpent, soufflé à trois couches, gravé à l’acide. Les frères Schneider reçoivent en 1909, à l’occasion de l’Exposition de Nancy, un diplôme d’honneur.

Cette même année, la mort d’Auguste Daum et l’entrée en 1911 de Paul Daum puis d’Henri Daum au sein de la verrerie familiale conduisent à une restructuration de l’entreprise. Ernest et Charles décident de créer leur propre affaire en achetant dès 1913 une petite verrerie à Epinay sur Seine. Ils s’oriente vers l’Art Déco.

v9
Charles Schneider

 

coupe-au-serpent-et-branche-de-murier-1909
Coupe au serpent et branches de mûrier 1909

Daum et les vases « Berluze« :

Les vases « Berluzes » simples et élancés, sont des dérivés des bouteilles persanes des VII e et VIII e siècles. Daum vers 1900 produira ce type de vase et les appelera « Berluze ». André Delatte les a appelé « Galinettes » en hommage à Emile Gallé.

Daum et l’Art Nouveau :

L’année 1900 et l’Exposition Universelle de Paris ont joué un rôle majeur pour la renommée internationale de DAUM. Tous les maîtres-verriers sont présents lors de cet événement où sont accueillis plus de 5 millions de visiteurs. Antonin DAUM est récompensé par un Grand Prix et devient Chevalier de la Légion d’Honneur. C’est le début d’une période faste pour la manufacture qui multiplie les inventions et brevets. L’entreprise jouit d’une renommée mondiale.

Pour DAUM, l’Art Nouveau correspond à une première phase de création d’objets purement décoratifs. La nature, la flore et la faune deviennent les principales sources d’inspiration avec un soupçon d’art japonais. Les techniques de l’époque reposent sur une superposition de couches de verre de différentes couleurs et sur l’utilisation de l’acide (ou de la gravure à la roue) afin de faire réapparaître les couches les plus profondes.

Daum et l’après Art Nouveau :

Au milieu des années 1920, ces « années folles » de grande effervescence culturelle, l’Art Déco prend le relais de l’Art Nouveau. DAUM créé alors des pièces esthétiques où le verre prend un aspect minéral. Il est givré, cristallisé, profondément taillé de pans coupés et de biseaux en un agencement de lignes d’esprit cubiste.

L’année 1945 constitue une année de transition. Le verre coloré laisse la place au cristal. Progressivement, les formes s’étirent, deviennent moins imposantes, les couleurs s’estompent jusqu’à la transparence totale du cristal.

En 1960, les formes reposent sur un jeu de vide et de plein, sut l’équilibre des masses et des creux. La rigueur géométrique prend alors le pas sur le lyrisme de l’après-guerre.

En 1965, DAUM produit des pièces en pâte de Cristal (le terme pâte de verre sera utilisé commercialement) avec la technique utilisée pour les pièces fabriquées en pâte de verre.

De nombreux artistes du XX ième siècle ont travaillé pour DAUM : Salvador DALI, César BALDACCINI dit CESAR, Hilton MC CONNICO, ARMAN, Roland TOPOR, André DUBREUIL, Philippe STARCK, Manolo VALDES, Enzo MARI, Jean-Baptiste SIBERTIN-BLANC, Christian GHION, Jean-Marie MASSAUD

Daum et le Musée des Beaux Arts de Nancy :

Au total 250 pièces sur les 600 pièces provenant des familles DAUM et de l’entreprise, sont exposées au Musée des Beaux Arts de Nancy (place Stanislas) dans un lieu spectaculaire : le sous-sol autour des vestiges restaurés de l’imposant bastion d’Haussonville sur une surface de prés de 600 m2.
Cette exposition donne un panorama complet des recherches et des inventions incessantes et diversifiées de la manufacture en terme de techniques, de matières, de fonctions, de décors et de formes. Elle permet de présenter l’histoire de la verrerie depuis ses débuts jusqu’aux créations contemporaines.

Daum aujourd’hui :

Les productions de l’atelier de création DAUM situé à Nancy sont toujours exceptionnelles. Tous les prototypes y sont réalisés ainsi que les pièces de prestige exécutées à quelques exemplaires. Pour les plus grands tirages, la phase industrielle se déroule à Vannes-le-Châtel (Meurthe-et-Moselle), à une cinquantaine de kilomètres.

Aujourd’hui DAUM est présente dans plus de 10 pays (Europe, Japon, Chine, Emirats Arabes Unis …) et compte plus de 200 personnes en France. DAUM fait incontestablement partie du patrimoine culturel aussi bien national qu’international et possède de filiales.

Les signatures de 1890 à 1975 :

signatures.jpg

Entre 1902 et 1939, on note des signatures Daum accompagnées de celles de créateur : « E. BRANDT », « J. CAYETTE », « L. MAJORELLE », « C. RANC » et « FOLLOW ».

Entre 1903 et 1914, apparaissent également les signatures : « J. MUGIN », « BERTHON », « Rene Bertrand », « SCHNEIDER » et « b. Chapuy ».

Entre 1915 et 1939, apparaissent également les signatures : « MODA », « Mado » et « Maud ».

A partir de 1968, apparaissent également les signatures : « M Legendre DAUM 8/200 », « DAUM 54/300 Guy Petitfils », « Demarchi. », « Cesar », « BADORD », « Gleb », « Dali 70 », « Adzak », « TOUL HOAT », « C Croix de Lorraine D », « Topor 90″, »LHOSTE », « Daum France 84/125 Roulot » et « Sosno ».

ZOOM sur la « pâte de verre » : la matière « pâte de verre » naît à partir d’un cristal spécialement fabriqué dans des pots. Grâce au procédé de fonderie et moulage à la cire perdue mis au point par DAUM, la reproduction de la pièce originale est parfaite et conforme aux désirs de l’atelier de création.

Aujourd’hui DAUM est le seul cristallier dans le monde à maîtriser parfaitement cette matière d’exception, tout en collaborant depuis plus de 100 ans avec les artistes les plus talentueux du moment. Substance changeante, la « pâte de verre » se plie à tous les caprices de l’imagination des maîtres-verriers.  Un petit rappel Emile Gallé n’a jamais produit de pièces en « pâte de verre » mais en verre ou cristal.

DAUM : 17, rue des Cristalleries 54000 NANCY – +33 (0) 3 83 30 80 24 http://www.daum.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s