Amalric WALTER (1870-1959) artiste talentueux de Pâtes de Verre (France)

v1v1VV1V2VV1VVV1VVV10V1VVV4VV1V1VV3V1VV1V7V2VV5vVVVVVV1V V1 V2V V3 V4 V5 V6 V7 V9 V10 V11 V12 V13 V14 Vv23.03.13 N 061 23.03.13 N 062 23.03.13 N 063 23.03.13 N 065 23.03.13 N 067

v2

Artiste talentueux mais trop modeste, Amalric WALTER est mort dans l’indifférence et a été totalement oublié par les biographes qui se sont surtout intéressés aux « Grands » de l’École de Nancy. Il reçoit une formation initiale de céramiste à la manufacture de Sèvres avant de s’installer à son compte.

Il expose des faïences décorées et des objets en pâte de verre. En 1905, il intègre la célèbre cristallerie Daum à Nancy et transmet son savoir-faire de la pâte de verre. Après la guerre de 1914-1918, il s’installe à son compte. Un texte officiel de 1926 à Nancy le déclare « créateur du procédé des pâtes de verre ». Il reçoit le diplôme d’honneur à l’Exposition universelle de 1900, et la médaille d’or aux Expositions de Nancy en 1909 et de Bruxelles en 1910.

Henri Bergé, verrier chez Daum lui fournit un grand nombre de modèles qui amorcent sa production personnelle. Sa carrière trouve son apogée dans les années 1920, marqués par un engouement autour des objets en pâte de verre. La cote de cet artiste est en hausse depuis quelques années.

La bijouterie Jacquot (1875-2015) de la rue des Dominicains de Nancy a rachetée en 1932 les ateliers et fours d’Amalric Walter avec un passif important.

Rappel de la technique de la Pâte de Verre : Cette technique permettant de réaliser de petits objets en verre plein et en ronde-bosse est connue depuis l’antiquité. La pâte de verre est moulée à froid puis vitrifiée par cuisson. Pour ce faire il faut mettre du groisil (restes de verre pillé ou pastilles de verre) dans un moule en terre réfractaire puis cuire l’ensemble au four. Le verre pillé fond sous l’action de la chaleur et prend la forme désirée du moule. Après refroidissement, il est possible d’insérer des oxydes métalliques sous forme de poudre dans le moule afin de créer un effet coloré. Une deuxième cuisson est alors nécessaire afin de fondre le verre et la couleur ensemble. Après que l’ensemble a définitivement refroidi, on casse délicatement le moule pour libérer l’objet. L’avantage de cette technique est qu’elle permet de produire de petits objets en verre plein de formes variées avec une maîtrise totale des couleurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s