Aristide COLOTTE (1885-1959), un artiste contreversé malgré son oeuvre exceptionnelle (France)

v3V2vVVVVV3VV11 V V1 V2 V3 V4 V5 V6 V7 V8 V9 V10véV2

Aristide COLOTTE est né en 1885 à Baccarat. Engagé par la cristallerie de la ville comme apprenti à 16 ans, il suit l’enseignement proposé par l’école interne de graveur sur cristaux et est engagé en 1902. Après son service militaire, il revient à Baccarat en 1908. L’année suivante, il rencontre Eugène Corbin (directeur des Magasins Réunis de Nancy) qui lui propose de travailler pour lui en créant un atelier de graveur sur cristaux. En 1919, il fonde au 42 de la rue St Jean à Nancy, un atelier de gravure « sur or et tous métaux » et sur « verres en tous genres ». Il déménage au 2 de la rue Gilbert à Nancy.

Il collabore en 1925, les cristalleries de Nancy pour la réalisation de moules en plâtres nécessaires à la production des pièces en cristal moulé pressé. L’année suivante,  il s’installe à son compte et en 1927 met au point son procédé de gravure directe dans le cristal au burin. Il est nommé « Meilleur ouvrier de France » pour les 3 vases présentés au Salon Annuel des Artistes Décorateurs. Sa production assez peu importante et d’une technicité inédite, rare et élitiste, constituée de pièces unique pour la plupart, complexe à réaliser et coûteuses. Le style « Colotte » est reconnaissable : décors géométriques, animaliers ou à figuration humaine, stylisés, d’une grande sobriété.

Sous l’occupation, la Ville de Nancy fit appel à lui pour ériger une épée de 2 mètres, sculptée dans un bloc de 200 kg de cristal, en l’honneur de Pétain avec les fonds d’une souscription nationale. A la libération, cette pièce ainsi que sa participation à un salon d’Art Français à Berlin lui valurent l’emprisonnement pendant 4 années et la confiscation de ces biens. A sa libération, il dut quitter Nancy pour s’installer à Paris.

Atteint d’une leucémie, il meurt en 1959 sans avoir réussi à accomplir sa renaissance. Ces œuvres sont de nouveaux recherchées.

Les pièces de l’artiste sont marquées, gravées sur le bas du corps.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s