L’Histoire du Marché aux Puces de Saint-Ouen (France) 2/3

V3V1V2V3

Après la guerre de 1870, les chiffonniers, chassés hors de Paris, bâtissent les premiers villages de marchands à Saint-Ouen. On les surnomme les « crocheteurs », « chiftires »,  « biffins » ou plus poétiquement « pêcheurs de lune ». Ils revendaient par la suite sur les marchés.

L’année 1885 qui marque la naissance officielle du marché aux Puces. La ville de Saint-Ouen se mobilise pour assainir et sécuriser le quartier. Les puciers doivent s’acquitter d’un droit de stationnement pour exercer leur activité. La presse réalise plusieurs reportages pittoresques entre 1905 et 1914. De plus en plus de parisiens s’y rendent, le dimanche, conformément à la tradition de la promenade hors-les-murs. Ils louent très chers.  Les quatre premiers marchés sont ainsi créés entre 1920 et 1938 : Vernaison, Malik, Biron et Jules Vallès.

Dès lors, le lieu devient à la mode, la foule recherche l’ambiance du marché aux Puces renommé pour ses cafés, bistrots, restaurants et activités ludiques.

A l’époque, la nouvelle population ouvrière de Saint-Ouen fréquentait les nombreux bistros du quartier. A cette population s’en est mêlée une autre, celle des gitans qui séjournent aussi sur la zone avec leurs roulottes et animent le quartier de leur musique : le « Jazz-Manouche ». Django Reinhardt a joué dans la zone mais également dans de nombreuses guinguettes des environs jusqu’à Montmartre.  Entre 1946 et 1991, 12 autres marchés ouvrent leurs portes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s