Coupe de Paul NICOLAS produite dans les années 1928-1930 (France)

Paul NICOLAS (1875-1952), coupe en cristal avec décor d’inclusions. Diamètre : 31 cm. Estimation : 100 €.

Les signatures :

Entre 1919 et 1920 « P. Nicolas et Mercier St Louis Nancy », « St Louis Nancy » signature gravée en camée à l’acide. Entre 1919 et 1921 « P. Nicolas Windeck » signature gravée en camée à l’acide. Entre 1919 et 1923 « P. Nicolas Villermaux » signature gravée en camée à l’acide et « P. Nicolas Villermaux Nancy » signature gravée en camée à l’acide, « P. Nicolas Mercier Villermaux Nancy » signée en camée à l’acide. Entre 1919 et 1925 « D’Argental » signature gravée à l’acide sur de modèles créés par Paul Nicolas, commercialisés par les Cristalleries de Saint Louis. A partir de 1920 « D’Argental avec la Croix de Lorraine » signatures variantes gravées à camée à l’acide sur les modèles de Paul Nicolas à Nancy. En 1920 « Paul Nicolas 27. RUE MARBEUF PARIS » étiquette. A partir de 1922 « ART VERRIER St LOUIS » signature gravée sur certains modèles dessinés par Paul Nicolas, fabriqués et commercialisés par les Cristalleries de Saint Louis » signature utilisée uniquement par St Louis. A partir de 1925 « P. Nicolas » signature gravée avec variantes et « P. Nicolas Nancy » signature gravée avec variantes et « D’Argental avec Croix de Lorraine SL ».

La signature « D’Argental » :

La signature « d’Argental » fait référence au lieu même de production, à Münzthal : la vallée de l’argent. Il est alors une sorte de traduction ou de dérivé du nom d’origine du village investit par les verriers de Holbach en 1586. La signature « d’Argental » permet de distinguer les pièces de style Art Nouveau des autres pièces, car les articles fantaisie sont nombreux et seront encore produits après 1930 dans un style art déco. Les articles art déco portent une autre signature : simplement « Saint-Louis » ou même sans signature. Pour en finir sur la signature « d’Argental », il reste aujourd’hui un mystère autour de cette autographe. En effet, il y a deux signatures utilisées simultanément pour les articles de style Art Nouveau : « d’Argental » et « d’Argental ‡ » (Croix de Lorraine).

Par l’observation des différentes pièces confondues, on note que la signature suivie de la croix de Lorraine apparaît à partir de 1923, ce qui coïncide avec la rupture de l’association de Paul Nicolas d’avec ses comparses Mercier, Windeck et Villermaux. Et cette signature va être utilisée à peu prés jusqu’à la fin de la collaboration entre Nicolas et Saint-Louis.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/16/paul-nicolas-1875-1952-ou-dargental-verrier-lorrain-un-de-mes-preferes/

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s