Archives mensuelles : février 2020

Collection de flacons de Maurinot MARINOT (1882-1960) musée d’Art Moderne de Paris (France)

 

Maurice MARINOT (1882-1960), collection de flacon en verre massif provenant du Musée d’Art Moderne de Paris.

Maurice MARINOT (1882-1960) a voulu être et il est demeuré un maître ouvrier. Il s’est fait d’abord connaître comme peintre puis enthousiasmé par le verre, créa des vases de verre transparent décorés de motifs sur émaux opaques.

Il est l’un des plus grands novateurs du XXème siècle dans l’art du verre. De nombreux verriers appliquent encore aujourd’hui les formules décoratives dont il est l’inventeur. Chez lui, «les différentes couches de verre glissent et luttent comme dans les époques géologiques».

Ainsi, lorsqu’en 1911, il visite à Bar-sur-Seine la verrerie de son ami Viard, un coup de cœur le décide à mettre de côté sa carrière de peintre pour consacrer près de 25 ans de sa vie au métier pénible et passionnant de verrier. De son atelier sortiront près de 2500 pièces : flacons, vases, coupes, bouteilles et quelques rares presse papiers, généralement signées sur le fond : Marinot.

Chaque objet est une œuvre d’art unique qui ne connait ni moulage ni reproduction en série. Ce sont des pièces uniques qui « naissent les unes des autres ». Un atelier mis à sa disposition dans la verrerie lui permet de commencer ses recherches. Il y dessine la forme des pièces qu’il fait réaliser dans l’atelier voisin et les achève ensuite en les décorant d’émaux.

Il produit de 1913 à 1922 des verres blancs, limpides, bullés, ou craquelés qu’il décore de réserves en émail : bleu, blanc, rouge, violacé ou jaune. A partir de 1919, il s’intéresse à un nouveau type de décor et commence à creuser la surface de ses verres qui s’épaissit. Il les taille lui-même à la roue ou les grave à l’acide. C’est ainsi que commence son travail sur la profondeur.

Ses verres sont gravées de larges surfaces à facettes stylisées et géométriques. Un dessin daté de 1926 et conservé au musée d’art moderne de Troyes nous permet de mieux le découvrir. En commençant à souffler lui-même ses pièces à partir de 1923, il expérimente ensuite un nouveau type de décor nommé décor intercalaire. Entre deux couches de verres, il insère des impuretés qui créent de larges trainées colorées ou bullées.

C’est de 1927 à 1937, date à laquelle il cesse complètement son activité de verrier, que Marinot est le plus moderne. Il modèle à chaud des verres épais et lourds qui feront dire à René Jullian, lors d’une exposition rétrospective de son œuvre en 1965.
Après un long perfectionnement, il a acquis la liberté de l’artiste verrier et réalise des flacons au décor interne et profond formant « un tout organique cohérent ».

Son objectif est de « contraindre le verre tout en faisant apparaître sa vie propre. Que le résultat soit celui d’une lutte avec ses actions et ses réactions comme dans les choses de la nature ».

Les œuvres d’art réalisées par Maurice Marinot sont aujourd’hui conservées dans de nombreux musées français et internationaux. Rares sont celles passants en ventes publiques aux enchères, ce qui explique qu’un petit vase d’époque pourra être généralement estimé 10 000 à 15 000 €.

Les signatures :

Les pièces de Maurice Marinot sont signées de son nom à l’mail, à la pointe ou à l’acide et, pour la plupart, sont numérotées selon des critères propres à l’artiste. Les modèles de 1912 sont marqués de 1 à 43, ceux de 1913 de 1 à 73 et ceux de 1914 de 1 à 64. A partir de 1919, les pièces de l’année sont numérotées de 1 à 84, auxquelles il ajoute des modèles de fonds d’atelier non commercialisés pendant la guerre (1914-1918) et numérotés de 85 à 148. A partir de 1920, la numérotation suit un mouvement chronologique qui va du numéro 149 au 247, en 1921 du 248 au 345, en 1922 du 346 au 529, en 1923 du 530 au 734, en 1924 du 735 au 966, en 1925 du 967 au 1104, en 1926 du 1105 au 1248, en 1927 du 1249 au 1444, en 1928 du 1445 au 1600, en 1929 du 1601 au 1786, en 1930 du 1787 au 1937, en 1931 au 1938 au 2078, en 1932 du 2079 au 2179, en 1933 du 2180 au 2282, pour s’achever en 1934 du 2283 au 2405.

Les pièces vendues après 1934 non pas été numérotées par l’artiste, mais à posteriori par sa fille Florence Marinot, sans respecter aucun ordre chronologique d’année de fabrication : cette numérotation qui court de 1 à 330 précédée de ses deux initiales FM, est transcrite à l’encre sur une étiquette apposée sur la pièce.

https://leverrelecristaletlapatedeverre.wordpress.com/2014/02/12/maurice-marinot-1882-1960-peintre-puis-verrier-dexception/

Coupe en pâte de verre de François-Emile DECORCHEMONT haute de 12 cm (France)

François-Emile DECORCHEMONT (1880-1971), coupe sur talon en pâte de verre à décor de frise fleurie en semi-relief sur fond jaune, signé. Diamètre : 12,5 cm. Hauteur : 12 cm. Estimation : 5 000 €.

François-Emile DECORCHEMONT (1880-1971) est un céramiste et maître verrier français. Il appartenait à une famille d’artistes, son père, Louis-Émile Décorchemont (1851-1921), était sculpteur. Après avoir étudié à l’École nationale des arts décoratifs, il réalisa de nombreux objets en pâte de verre qui lui apportèrent la notoriété. La technique de la pâte de verre s’était développée à la fin du XIXe siècle chez les verriers.

Il fit évoluer dans les premières années du XXe siècle la technique de la pâte de verre fine puis épaisse et diaphane. Il s’imposa alors comme maître verrier. Il inventa une matière nouvelle, la pâte de cristal. Chrétien fervent, c’est en fréquentant l’église de son village, dotée de superbes vitraux de la Renaissance, que lui vint l’idée d’appliquer sa technique à l’art du vitrail dans les années 1930. Après la guerre, il se consacra plus particulièrement aux vitraux notamment dans sa région. Personnage très discret et peu communiquant il gardait secrètes ses découvertes et ses techniques. Peintre, céramiste, verrier, il créait l’ensemble de ses œuvres, le dessin, le moule, la finition. Son œuvre se caractérise par un dessin épuré, aux lignes simples et par l’éclat, la transparence et la luminosité des couleurs.

Ses créations n’ont pas de valeur fonctionnelle mais seulement esthétique de par leur fragilité et leur coût de production. Il éditait ses œuvres en petites séries et ne cherchait pas le rendement mais l’esthétisme. François Décorchemont est le grand-père des verriers Antoine Leperlier et Étienne Leperlier.

https://leverrelecristaletlapatedeverre.wordpress.com/2014/01/25/francois-emile-decorchemont-1880-1971-des-creations-de-pates-de-verre-exceptionnelles/

Verre « Ma grand mère quand je danse » provenant du service à eau d’Emile GALLE humoristique comprenant cruche et verre réalisé vers 1880 (France)

Emile GALLE (1943-1904), verre « Bon voyage monsieur Dumollet » comprenant une cruche et 8 verres à décor émaillé de scènes humoristiques : « Bon voyage monsieur Dumollet », « Ma Grand-mère, quand je danse « , « Le chien de Jean de Nivelle », « Il pleut, il pleut bergère », « Le Marquis de Carabas » (2), « A vos souhaits » (2) et « Je t’en brasse » (cruche). Il existe également un verre « L’instruction obligatoire » et un variante de la cruche représentant une alsacienne et un alsacien à la mine réjouie avec la citation « Quand vin a tiré fot l’boire ».

C’est un service à eau à décor inspiré des traditions populaires en cristal incolore à côtes vénitiennes et  émaux polychromes opaques (rouges, bleus et jaunes) soulignés de noir.

Le décor est probablement dû au crayon d’Emile Gallé lui-même. Les émaux, mis en place à Meisenthal sont de facture assez sommaire. Le motif a été exécuté par un décorateur de l’équipe de Désiré Christian, à qui on demandait plus de rapidité que de dextérité.

Hauteur verres : 11 cm. Hauteur cruche : 24, 5 cm. Estimation du service à eau : 1 500 €.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/20/emile-galle-1846-1904-le-maitre-verrier-de-l-art-nouveau-france/

 

 

Verre « Il pleut, il pleut bergère » provenant du service à eau d’Emile GALLE humoristique comprenant cruche et verre réalisé vers 1880 (France)

Emile GALLE (1943-1904), verre « Il pleut, il pleut bergère »comprenant une cruche et 8 verres à décor émaillé de scènes humoristiques : « Bon voyage monsieur Dumollet », « Ma Grand-mère, quand je danse « , « Le chien de Jean de Nivelle », « Il pleut, il pleut bergère », « Le Marquis de Carabas » (2), « A vos souhaits » (2) et « Je t’en brasse » (cruche). Il existe également un verre « L’instruction obligatoire » et un variante de la cruche représentant une alsacienne et un alsacien à la mine réjouie avec la citation « Quand vin a tiré fot l’boire ».

C’est un service à eau à décor inspiré des traditions populaires en cristal incolore à côtes vénitiennes et  émaux polychromes opaques (rouges, bleus et jaunes) soulignés de noir.

Le décor est probablement dû au crayon d’Emile Gallé lui-même. Les émaux, mis en place à Meisenthal sont de facture assez sommaire. Le motif a été exécuté par un décorateur de l’équipe de Désiré Christian, à qui on demandait plus de rapidité que de dextérité.

Hauteur verres : 11 cm. Hauteur cruche : 24, 5 cm. Estimation du service à eau : 1 500 €.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/20/emile-galle-1846-1904-le-maitre-verrier-de-l-art-nouveau-france/

 

Calendrier 2020 du Marché aux Puces de la Vieille Ville à Nancy (France)

Calendrier 2020 du Marché aux Puces de la Vieille Ville à Nancy : 10 dates perturbées par l’épidémie sanitaire Covid-19 !

Vous trouverez ce marché aux Puces dans la grande Rue située entre la porte de la Craffe et la basilique saint Epvre. Depuis près de 40 ans, de nombreuses générations l’ont fréquenté. Entre 40 et 50 exposants professionnels sont présents de 8 h à 18 h, un peu moins en cas de mauvais temps.

Élitiste pendant plusieurs décennies, Le Marché aux Puces de la Vieille Ville de Nancy a su s’adapter à une nouvelle clientèle un peu « bobo » mais aussi celle possédant un petit oursin dans leur poche … N’hésitez pas donc à négocier vous aussi, mais pas trop et puis grâce à la compagnie de votre inséparable portable, vous pouvez savoir si vous ne vous égarez pas dans l’achat « coup de cœur  .

Côté pratique, le jour même, il y a un marché alimentaire qui est installé rue Jacquot entre le Palais Ducal et l’église des Cordeliers de 8 h à 13 h et la plupart des commerçants de la rue sont ouverts. Après la visite de ces marchés, promenez-vous dans les différentes petites rues autour de la basilique.

Voici les dates pour cette année :

Dimanche 9 Février 2020 

Dimanche 8 Mars 2020

Dimanche 5 Avril 2020 (Annulée cause épidémie Covid-19)

Dimanche 10 Mai 2020 (Annulée cause épidémie Covid-19)

Dimanche 7 Juin 2020 (Annulée cause épidémie Covid-19)

Dimanche 5 Juillet 2020 (Annulée cause épidémie Covid-19)

Dimanche 26 Juillet 2020

Dimanche 23 Août 2020

Dimanche 20 Septembre 2020

Dimanche 10 Octobre 2020

 

Verre « Le chien de Jean de Nivelle » provenant du service à eau d’Emile GALLE humoristique comprenant cruche et verre réalisé vers 1880 (France)

Emile GALLE (1943-1904), verre « Le chien de Jean de Nivelle » comprenant une cruche et 8 verres à décor émaillé de scènes humoristiques : « Bon voyage monsieur Dumollet », « Ma Grand-mère, quand je danse « , « Le chien de Jean de Nivelle », « Il pleut, il pleut bergère », « Le Marquis de Carabas » (2), « A vos souhaits » (2) et « Je t’en brasse » (cruche). Il existe également un verre « L’instruction obligatoire » et un variante de la cruche représentant une alsacienne et un alsacien à la mine réjouie avec la citation « Quand vin a tiré fot l’boire ».

C’est un service à eau à décor inspiré des traditions populaires en cristal incolore à côtes vénitiennes et  émaux polychromes opaques (rouges, bleus et jaunes) soulignés de noir.

Le décor est probablement dû au crayon d’Emile Gallé lui-même. Les émaux, mis en place à Meisenthal sont de facture assez sommaire. Le motif a été exécuté par un décorateur de l’équipe de Désiré Christian, à qui on demandait plus de rapidité que de dextérité.

Hauteur verres : 11 cm. Hauteur cruche : 24, 5 cm. Estimation du service à eau : 1 500 €.

https://leverrelecristaletlapatedeverre.wordpress.com/2014/01/20/emile-galle-1846-1904-le-maitre-verrier-de-l-art-nouveau-france/

 

Verre « A vos souhaits » provenant du service à eau d’Emile GALLE humoristique comprenant cruche et verre réalisé vers 1880 (France)

Emile GALLE (1943-1904), verre « A vos souhaits » comprenant une cruche et 8 verres à décor émaillé de scènes humoristiques : « Bon voyage monsieur Dumollet », « Ma Grand-mère, quand je danse « , « Le chien de Jean de Nivelle », « Il pleut, il pleut bergère », « Le Marquis de Carabas » (2), « A vos souhaits » (2) et « Je t’en brasse » (cruche). Il existe également un verre « L’instruction obligatoire » et un variante de la cruche représentant une alsacienne et un alsacien à la mine réjouie avec la citation « Quand vin a tiré fot l’boire ».

C’est un service à eau à décor inspiré des traditions populaires en cristal incolore à côtes vénitiennes et  émaux polychromes opaques (rouges, bleus et jaunes) soulignés de noir.

Le décor est probablement dû au crayon d’Emile Gallé lui-même. Les émaux, mis en place à Meisenthal sont de facture assez sommaire. Le motif a été exécuté par un décorateur de l’équipe de Désiré Christian, à qui on demandait plus de rapidité que de dextérité.

Hauteur verres : 11 cm. Hauteur cruche : 24, 5 cm. Estimation du service à eau : 1 500 €.

https://leverrelecristaletlapatedeverre.wordpress.com/2014/01/20/emile-galle-1846-1904-le-maitre-verrier-de-l-art-nouveau-france/