Archives pour la catégorie André THURET (1898-1965) où la science créée un artiste (France)

Coupe avec inclusion de salissures jaune d’André THURET (France)

V1

André THURET (1898-1965), coupe en verre modelé à chaud. Décor en inclusion de salissures jaunes. Signé André THURET en lettres bâtons à la pointe sous la base. Dimensions : 14 cm x 38 cm x 23 cm.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/04/06/andre-thuret-1898-1965-ou-la-science-creee-un-artiste-france/

Vase en verre épais d’André THURET créé en 1950 (France)

V

André Thuret (1898-1965), vase en verre épais translucide modelé à chaud et à décor intercalaires de paillettes métalliques. Signature à la pointe sous la base. Hauteur : 8 cm.

André Thuret (1898-1965) occupe, à partir de 1922 des postes d’ingénieur aux verreries de Bagneux, puis de Bezons. Il est à la fois scientifique par sa formation et verrier par sa passion.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/04/06/andre-thuret-1898-1965-ou-la-science-creee-un-artiste-france/

Vase cylindrique de 22 cm de hauteur de André THURET (France)

V4

André THURET (1898-1965), vase cylindrique de 22 cm de hauteur.

C’est par la science que André Thuret est venu à l’art. Ce sont en lui l’ingénieur et le chimiste qui servent l’artiste et déterminent, expérimentalement, les divers stades de son évolution. Le savant met à la disposition du créateur de formes, de rythmes et de couleurs la beauté fluide et transparente du verre et les réactions des oxydes métalliques. Tous les vases, coupes ou flacons de Thuret sont des pièces uniques, soufflées et travaillées selon la technique traditionnelle à une température excédant 1 000 °.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/04/06/andre-thuret-1898-1965-ou-la-science-creee-un-artiste-france/

Coupe en cristal réalisée par André THURET en 1950 (France)

V3

André THURET (1898-1965), coupe en cristal réalisé vers 1950.

André Thuret (1898-1965) occupe à partir de 1922, des postes d’ingénieur aux verreries de Bagneux, puis de Bezons. Il est à la fois scientifique par sa formation et verrier par sa passion.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/04/06/andre-thuret-1898-1965-ou-la-science-creee-un-artiste-france/

Cendrier André THURET (1898-1965). Il fut scientifique avant de devenir verrier (France)

V

André Thuret (1898-1965). Cendrier de forme aléatoire en verre translucide travaillé à chaud. Signé. H. 7 cm D. 18 cm.

C’est par la science qu’André Thuret est venu à l’art. Ce sont en lui l’ingénieur et le chimiste qui servent l’artiste et déterminent, expérimentalement, les divers stades de son évolution. Le savant met à la disposition du créateur de formes, de rythmes et de couleurs la beauté fluide et transparente du verre et les réactions des oxydes métalliques.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/04/06/andre-thuret-1898-1965-ou-la-science-creee-un-artiste-france/

André THURET (1898-1965) où la science créée un artiste (France)

v2V1V2V1VV4V3VV V1 V2 V3 V6 V7 V8 V9 V10 V11 V12

André Thuret (1898-1965) occupe, à partir de 1922 des postes d’ingénieur aux verreries de Bagneux, puis de Bezons. Il est à la fois scientifique par sa formation et verrier par sa passion.

Participe à ce titre à l’Exposition des Arts Décoratifs de 1925 et obtient, personnellement, un diplôme d’honneur. A partir de 1926, assistant, puis chef de travaux, de la chaire de Chimie appliquée aux Industries de la céramique et de la verrerie au Conservatoire National des Arts et Métiers et Expert près de la Cour d’Appel de Paris, il partage son activité, axée sur le verre, entre son enseignement, la recherche scientifique et sa production d’artiste.

C’est par la science qu’André Thuret est venu à l’art. Ce sont en lui l’ingénieur et le chimiste qui servent l’artiste et déterminent, expérimentalement, les divers stades de son évolution. Le savant met à la disposition du créateur de formes, de rythmes et de couleurs la beauté fluide et transparente du verre et les réactions des oxydes métalliques. Tous les vases, coupes ou flacons de Thuret sont des pièces uniques, soufflées et travaillées selon la technique traditionnelle à une température excédant 1 000 degrés.

A ses débuts André Thuret soufflait la « paraison », masse de verre fluide, dans des moules dont les décors en creux s’inscrivaient en reliefs sur la forme, reliefs colorés ensuite par « roulage » sur le marbre chargé d’oxydes métalliques.