Archives du mot-clé CRISTAL

Comment raviver le Cristal ? (France)

V

Le bicarbonate de soude est la solution : laissez tremper cette poudre avec les pièces à ravivez. Le petit truc du site « Le Verre, le Cristal et la Pâte Verre » : ajoutez-y du sel et du citron. Laissez tremper pendant une nuit. Eclat garantie !

Présenté sous forme de poudre très fine, le bicarbonate de soude (appellation courante du bicarbonate de sodium) est utilisé pour soigner mais aussi cuisiner, nettoyer, jardiner, et même en tant que pesticide…avec une réelle efficacité. Le bicarbonate de soude est LE produit incontournable de l’écologie pratique : le nombre de ces usages est réellement très étendu. Mieux le bicarbonate est un produit très très peu cher. Comme la spiruline, le savon noir ou le vélo électrique, le bicarbonate est un produit star de la conso durable.

Biodégradable, non inflammable ni toxique, le bicarbonate de soude a de multiples qualités écologiques.

100% écologique et très peu coûteux, le bicarbonate de soude peut ainsi remplacer tous les produits que vous payez si cher. Au lieu d’acheter produits anticalcaires, lessives chimiques, dentifrices, désodorisants et produits d’entretien… pensez donc au bicarbonate de soude !

Bicarbonate de soude : un dentifrice et rince-bouche efficace

Le bicarbonate de soude est une solution économique et efficace contre les aphtes.

Le Cristal revient à la mode (table, bijoux, mobilier, luminaire …) (France)

V V1 V2 V3 V4 V5 V6

Le Cristal revient à la mode. Il a symbolisé tout au long des civilisations la pureté et la transparence, mais également le luxe et le raffinement, et nous renvoie aux plus beaux moments du royaume de Bohème.

Arts de la table, bijoux, décoration, luminaires et même mobilier, il n’y a aucun domaine de la décoration et de la joaillerie que le cristal n’ait investi.

Romantique, baroque ou vintage, il s’adapte à toutes les personnalités et à tous les intérieurs et sait résister aux aléas de la mode, pour le plus grand plaisir des yeux !

Georges Ravenscroft (1632-1683) serait l’inventeur du cristal (Grande-Bretagne)

VV1

Georges Ravenscroft (1632-1683) était un marchand anglais spécialisé dans l’import-export et spécialiste du verre. Il inventa en 1676 le  » cristal de plomb « . Une forte proportion (30 %) de plomb entrait dans sa composition sous forme de minium. Ces innovations techniques eurent une influence décisive sur l’évolution esthétique de la verrerie de luxe transalpine et l’hégémonie vénitienne en fut ébranlée.

Une autre version concernant l’attribution de la découverte du cristal à des verriers de la région de Londres. Ni le lieu, ni la date ne seraient connus. Georges Ravenscroft aurait repris le procédé et par simplification, on lui aurait attribué.

La formule de fabrication fut jalousement cachée par les anglais pendant plus d’un siècle.

Quand apparaît le Cristal en France ?

verre_en_cristal_chez_baccarat_diaporama_large422ffd0e7878f7cc3a7311fc3100f305cristallerie-baccarat

Né en Angleterre au XVIIe siècle, le cristal est apparu grâce à un nouveau composant ajouté au verre : l’oxyde de plomb. Cet apport confère à la matière une brillance, un éclat et un son bien précis que l’on reconnaît immédiatement. Il existe trois grands types de décors : la taille, le matage et la gravure.

Il est fabriqué pour la première fois en France en 1765, par les Cristalleries de Baccarat.

Comment fabrique t-on le cristal ?

867-necessaire-toilette-cristal-baccarat-1 trois-verres-harcourtImage

Le Cristal est né en Angleterre au XVIII ième siècle. il est attribué à Stephen Falango vers 1627. En France, l’his­toire du cris­tal débute en Lorraine avec la ver­re­rie de Münzthal fondée en 1586, mais c’est seu­le­ment en 1767 que le roi Louis XVI lui confère par lettre patente le titre de « Verrerie royale de Saint Louis » et en 1782 François de Beaufort met au point la for­mule du cris­tal avec plus de 35 % de plomb.

Cinquante ans plus tard, la manu­fac­ture se consa­cre essen­tiel­le­ment au cris­tal et lance la mode et la notion de ser­vice de verres de luxe pour la table avec le célè­bre modèle « Trianon ».

À la suite de Saint-Louis, les cris­tal­le­ries se déve­lop­pent dans l’Est avec la cris­tal­le­rie de Baccarat, fai­sant suite à la ver­re­rie crée en 1767 avec un pre­mier four à cris­tal en 1816 et en 1823 le pre­mier ser­vice pour les tables roya­les et en 1861 le célè­bre ser­vice « Harcourt » pour l’empe­reur Napoléon III.

Le cristal est une qualité de verre chauffée à 1 450 °c. On y ajoute ensuite un minimum d’oxyde de plomb.   Le cristal rend le verre plus éclatant tout en lui conférant une légère teinte jaunâtre. De plus, le verre est plus agréable à couper et à travailler.

En Europe, il existe par ailleurs des définitions techniques qui permettent de déterminer ce qu’est le verre et ce qu’est le cristal. Le verre contient moins de 4% d’oxyde de plomb. Le cristal fin, ou la cristalline contient moins de 10% d’oxyde de plomb. Le cristal au plomb est constitué d’un mélange qui contient au moins 24% d’oxyde de plomb.

Depuis 1971, l’appellation « cristal » est protégée en Europe et dans de nombreux pays par des normes très strictes. Ce règlement a pour objectif de garantir l’authenticité et la qualité de l’article. Pour s’appeler « cristal », le verre doit répondre à trois critères dans des pourcentages et taux rigoureux. En deçà de ces mesures, il convient de parler de « verre sonore » ou de « cristallin ».

La taille, le matage et la gravure :

La taille consiste à la réalisation de formes incisées, creusées via des techniques telles que la taille du biseau ou, plus sympathique, la taille du diamant. Une fois la pièce taillée, l’opération de polissage peut commencer. Le matage est une opération, appelée aussi satinage, qui consiste, cette fois, à retirer cet aspect lisse et éclatant du cristal afin de rendre le cristal plus opaque. La dernière partie de cette opération est le brossage. Enfin, troisième opération, la gravure via l’ajout d’un acide ou via un laser. Plonger la pièce dans un acide permet d’obtenir une pièce monogramme et le laser, autrement dit la brûlure, permet de réaliser des pièces en arabesque. Ces techniques n’ont d’ailleurs cessé d’évoluer.