Archives du mot-clé Cristalleries de Nancy

Photos et documents divers des CRISTALLERIES DE NANCY (France)

?????????????

?????????????

?????????????

V1 V2V

CRISTALLERIES DE NANCY (1920-1935), documents.

Photos des anciens bâtiments des Cristalleries de Nancy situés dans le domaine de la chaudronnerie Nordon appartenant au groupe Fives au 88 rue du XXième Corps à Nancy avant le pont de St Max.

Gravure et documents des Cristalleries de Nancy.

Couverture avec raison social, adresse, coordonnées nancéienne et parisienne et capital des Cristalleries de Nancy de 1928.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/02/04/cristalleries-de-nancy-1920-1935-la-discrete/

Publicités

Ensemble de carafes et flacons des Cristalleries de NANCY (France)

v1

Cristalleries de NANCY (1920-1935), ensemble de quatre carafes : une paire de flacons sur piédouche en cristal taillé, col à pans coupés, cachet, hauteur : 36 cm, deux carafes fuselées à pans coupés, une avec cachet hauteur : 42 cm.

Malgré la présence des verreries Daum et Gallé, certains entrevoient la possibilité de gains sur un marché à reconquérir et à une demande croissance. Ainsi quelques hommes d’affaires nancéens se réunissent (Bayet, Krug, Simon, Jacquemin, Perdizet) pour créer en 1920, les Cristalleries de Nancy. Elle s’installera devant chez Daum au 88, rue du faubourg Saint Georges à Nancy. Elle recruta près de 600 personnes dont le  talentueux nancéen Auguste Houillon comme directeur artistique. Elle sera spécialisée dans la fabrication de flacons de cristal taillé pour la parfumerie de luxe, car les besoins en France et à l’étranger (notamment en Amérique) sont considérables.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/02/04/cristalleries-de-nancy-1920-1935-la-discrete/

Flacon en cristal opaque rouge des CRISTALLERIES DE NANCY de style Art Déco (France)

V4 V5

CRISTALLERIES DE NANCY (1920-1935), flacon en cristal opaque rouge de  L.T. PIVER « Carminade ». Panse rectangulaire, épaulement arrondi, arrêtes laquées or. Bouchon en cristal incolore, entièrement doré. Exposé à l’’Exposition des Arts Décoratifs de 1925, à Paris. Période 1925. Hauteur : 10 cm.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/02/04/cristalleries-de-nancy-1920-1935-la-discrete/

Porte d’entrée et rampe d’escaliers des Cristalleries de NANCY réalisées par Jean PROUVE (France)

v3 v4 v5

CRISTALLERIES DE NANCY (1920-1935), ensemble comprenant porte d’entrée et rampe d’escalier du bâtiment Administration de la manufacture.

Réalisé par Jean PROUVE (1901-1984) vers 1927/1928, cet ensemble était situé sur la bâtiment Administratif des cristalleries.

La porte d’entrée à 2 battants et composée de fers plats posés sur chant, disposés en oblique et de plaques de fer martelées. La porte est encadrée par des fers verticaux obliques reposant sur une base en tôle cintrée. La rampe d’escaliers est composée d’une structure de barreaux soudés avec des plaques en acier inoxydable.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/02/04/cristalleries-de-nancy-1920-1935-la-discrete/

Cristalleries de NANCY (1920-1935) présentoir en cristal noir des Cristalleries de Nancy (France)

Cristalleries de Nancy objet publicitaire 1 Cristalleries de Nancy objet publicitaire 2 Cristalleries de Nancy objet publicitaire 3

Ce surtout enseigne des Cristalleries de Nancy (1920-1935) est un présentoir qui était installé dans les rayons des boutiques de luxe, non loin des produits de la manufacture, proposés à la vente. De style Art Déco, il est réalisé en cristal noir massif, moulé à la presse. L’inscription est gravée en creux à l’acide,
relief poli, fond dépoli. D’une largeur de 17,5 cms et d’une hauteur de 12,5 cms, il pèse 1266 grs. Sa datation est située entre 1925-1928.

Un présentoir identique des Cristalleries de Nancy a été fait par les Etablissements Daum au Musée des Beaux Arts de Nancy.

Pourquoi Nancy est-elle devenue la Capitale Mondiale de l’Art du Verre ?

V10 V V1 V2 v3 V3 V4 V5 V6 V7 V8

Capitale jusqu’en 1766 d’un état indépendant (Duché de Lorraine et de Bar), Nancy  somnolait dans une médiocrité provinciale. Les événements de 1870-1871 vinrent couper la Lorraine en deux, pour annexer à l’Allemagne toute la partie nord-est. Le Traité de Francfort fit de Nancy une ville frontière et devient le refuge de Lorrains et Alsaciens, qui refusaient la nationalité allemande. Première conséquence, une augmentation fulgurante de sa population.

Dès 1870, Emile Gallé au côté de son père commença des recherches pour rénover la verrerie, la céramique, le mobilier, observant avec passion les formes et couleurs du monde végétal, mais s’inspirant des arts de l’Orient, de l’héraldique médiéval ou du style rocaille avec le succès connu. Constitué en 1901, l’ «Ecole de Nancy » s’était affirmé 20 ans avant. Des Valin, Majorelle, Daum, Prouvé ont ainsi satisfait  une riche bourgeoisie formée d’industriels, banquiers, commerçants, médecins, pharmaciens, pour décorer leurs locaux professionnels et demeures.

L’Art Nouveau marqua Nancy. Il suffit de se promener dans les rues de cette ville et d’observer les édifices administratifs et scolaires. La grande exposition internationale de l’Est de la France tenue à Nancy en 1909 exprima brillamment le dynamisme retrouvé par la cité dans tant de domaines et affirma avec force l’alliance réussie de l’art et de l’industrie.

A la mort de Gallé en 1904, des signes de lassitudes étaient perceptibles. La première guerre mondiale accentua ce mouvement. Après ce conflit, on s’aperçut que les commanditaires du début du siècle, vieillis ou disparus, n’avaient pas de successeurs. L’Art Déco parisien envahit les manufactures encore existantes : Daum, les Cristalleries de Nancy, Delatte ..) En 1920, Nancy possédait 4 cristalleries. Le crash boursier de 1929 provoqua la faillite de nombreuses d’entre elles.

Nancy connu entre 1870 et 1920 une période artistique et économique fantastiques. Ainsi la France passa dans ce domaine d’un statut passif à actif. En effet, alors que l’Angleterre imposait au reste du monde ses productions céramiques et verrières, la France grâce à ses artistes Maître Verriers dicta, du jour au lendemain, les modes de l’Art Verrier à la planète. Il fallait suivre ce qui se passait dans les manufactures de verre Lorraine, pour ne pas être à la marge des mouvements artistiques. Et cette glorieuse période a durée 50 bonnes et heureuses années …

Cristalleries de NANCY (1920-1935) la discrète

v1

Ensemble comprenant porte d’entrée et rampe d’escaliers des anciennes Cristalleries de Nancy réalisé par Jean PROUVE (1901-1984) vers 1927/1928.V3V7VV4V7 V V1 V2 V3 V4 ??????????????????????????????? V9+Cristalleries de Nancy objet publicitaire 1OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cristalleries de NANCY (1920-1935) :

A la fin de la guerre 14-18, Daum et Gallé demeurent les deux seules verreries à Nancy. Celle d’Emile Gallé, auquel sa veuve a succédé jusqu’en avril 1914, est plus ou moins dirigée par son gendre Paul Perdrizet. Depuis qu’ils ne bénéficient plus de génie créatif d’Emile Gallé, les ateliers d’art vivent sur leur passé.

Malgré la présence des verreries Daum et Gallé, certains entrevoient la possibilité de gains sur un marché à reconquérir et à une demande croissance. Ainsi quelques hommes d’affaires nancéens se réunissent (Bayet, Krug, Simon, Jacquemin, Perdrizet) pour créer en 1920, les Cristalleries de Nancy. Elle s’installera devant chez Daum au 88, rue du faubourg Saint Georges à Nancy.

Elle recruta près de 600 personnes dont le talentueux nancéen Auguste Houillon comme directeur artistique. Elle sera spécialisée dans la fabrication de flacons de cristal taillé pour la parfumerie de luxe, car les besoins en France et à l’étranger (notamment en Amérique) sont considérables.

Le 27 janvier 1921, la fabrication débute. Le catalogue commercial était impressionnant par sa variété. On pouvait y trouver de nombreux pièces en verre, en cristal, incolore ou doublé de couleur, fait à la main, mais aussi plus de 25 vases, garnitures de toilettes .

Des motifs floraux, Art Déco ou géométrisants côtoyaient les pièces aux tailles classiques à côtes plates ou en creux, gravées à l’acide, en relief et à la roue.  Aristide Colotte y travailla un an aux projets de modèles. Des créations artistiques originales, numérotés ont été produites avec le peintre lorrain Michel Colle (1872-1949).

Elle fut la première victime de l’industrie du verre en Lorraine lors de la crach de Wall Street de 1929. Sa faillite fut déclarée en 1931 et sa liquidation fut achevée en 1935. Les frères Daum rachètent une partie des équipements.

Les pièces sont signées : « CRISTAL C (Croix de Lorraine) N NANCY », « CRISTAL (Croix de Lorraine) NANCY FRANCE », « C (Croix de Lorraine) N », « GUERYCOLAS », « EDITIONS D’ART DES CRISTALLERIES DE NANCY OEUVRE DE MR CLAUSE TIRAGE A 100 EXEMPLAIRES « , « NANCY » et « NS CLAUSE ».