Archives du mot-clé Eugène Rousseau

Alphonse Georges REYEN (1844-1910) Maître verrier et brillant graveur (France)

V1V1v1vV4  V1 V2 V3 V3

Alphonse Georges REYEN (1844-1910) débute par un travail de graveur et coloriste sur vitraux, vers 1870.

Dès 1877, il travaille avec Eugène Rousseau (un des artistes verriers les plus importants du XIXe siècle), dont il sera l’élève, puis avec Ernest-Baptiste Léveillé (marchand éditeur). Il a travaillé également pour Emile Gallé, auprès duquel il se spécialise dans la gravure à la roue et à l’acide, ainsi que la technique dite intercalaire.

C’est dans les années 1890 que Alphonse Georges Reyen s’installe à son compte au 17 boulevard de Solférino à Rueil. Il poursuit ses recherches et obtient une gravure de plus en plus profonde, ombrée en relief, aux tons nettement tranchés, sur des verres à deux, trois ou même quatre couches. C’est au début du siècle que sa production est la plus importante. Ses oeuvres de forme classique sont en général signées, en creux, à la molette.

Il est plutôt préoccupé par la gravure et influencé par l’art japonais. Alphonse Georges Reyen trouve son inspiration dans la faune et la flore. Il est certainement un de ceux qui joueront un rôle de premier plan dans l’éclosion de l’Art Nouveau.

Les signatures :

Elles sont signées de son nom gravées à la pointe ou à la roue. Après 1890 elles sont parfois signées avec une date. « a. Reyen », « a. Reyen X 1889 », « a Reyen 1895 », « a.Reyen 1896 », « a. Reyen 1899 » et « a. Reyen Paris ».

Publicités

Ernest-Baptiste LEVEILLE (1841-1913) marchand éditeur à Paris (France)

V2v1V1V2V1vVV4V3VV1VV

VV V1 V2 V3 V4 V5 V6 V7V4

Ernest-Baptiste Léveillé est surtout connu pour ses porcelaines, mais il fera exécuter des vases d’une grande beauté.

Il est né en 1841 à Paris et devient marchand éditeur de porcelaines et cristaux. Fondateur de la maison Léveillé en 1869 au 74 boulevard Haussmann à Paris, en 1885, il fait l’acquisition de la maison E. Rousseau, marchand  éditeur de porcelaines et cristaux, et exploitation du fonds de 1886 à 1890 sous le nom de « Maison Rousseau et Leveillé réunies ». Il créé les modèles et les fait exécuter, puis graver, selon des indications très précises. Ces travaux lui valent une médaille d’or. On apprécie ses vases craquelés et gravés sur trois couches de verre.
Redevenue « E. Leveillé » à la mort de Rousseau en 1890, le magasin est transféré en 1899 au 140 Faubourg Saint-Honoré à Paris. En 1902, il s’associe avec la maison Toy, affaire de porcelaines et cristaux, sous la raison sociale « Maisons Toy et Leveillé réunies ». L’établissement sera situé au 10 rue de la Paix à Paris.
Ernest-Baptiste Léveillé meurt en 1913 à Vaucresson.

Frères APPERT (1835-1947) les verriers des verriers

VV1 V2 V3 V4 V7 V8 V9

Fondée par Louis APPERT en 1835 à Clichy, cette société est spécialisée dans la fournitures de verres, émaux, cristaux colorés aux verreries ne disposant pas de four de fusion pour produire le verre ou le cristal à l’état brut.

Tel fut le cas de la cristallerie d’Emile Gallé jusqu’en 1896. Appert frères étaient « les verriers des verriers ». Les deux fils du fondateur apportèrent un développement considérable. L’un d’eux, Léon, savant technicien, fut rapporteur du jury sur le verre de l’Exposition universelle de Paris en 1889. Installée à Clichy au 4, rue des Chasses, l’activité de l’entreprise s’étendait alors aux blancs destinés aux ateliers de décoration et de finition comme les émailleurs Brocard et Imberton, ainsi qu’aux produits finis soit pour son propre compte, soit pour le compte de tiers, comme Eugène Rousseau. Ce dernier doit beaucoup aux frères Appert. L’entreprise fut fermée en 1947.

http://www.verre-histoire.org/colloques/innovations/pages/p402_01_carre.html