Archives du mot-clé Maurice MARINOT

Vase à décor floral stylisé année 1915-1920 de Maurice MARINOT estimé 1 400 € haut de 17 cm (France)

v3 v4 v5

Maurice MARINOT (1882-1960), petit flacon bouché en verre, à décor émaillé bleu blanc et rouge de cinq fleurs (roses et tulipes) et filets. Signé m.m. Hauteur : 17 cm.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/02/12/maurice-marinot-1882-1960-peintre-puis-verrier-dexception/

Publicités

Flacon en verre de Maurice MARINOT créé en 1930 estimé 10 000 € (France)

V V1

Maurice MARINOT (1882-1960), flacon cylindrique  » La Nuit  » en verre transparent partiellement bullé à décor interne bleu marine, noir.  Bouchon signé Marinot à la pointe au revers de la base. Hauteur : 15 cm.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/02/12/maurice-marinot-1882-1960-peintre-puis-verrier-dexception/

Coupe bol de Maurice MARINOT (1882-1960) (France)

V

Maurice MARINOT (1882-1960), importante coupe bol. Épreuve en verre, à coloration nuagée rouge vermillon en intercalaire, au décor géométrique très profondément dégagé à l’acide sur sa surface extérieure. Signée MARINOT, en lettres cursives à la pointe sous la base. Hauteur : 11 cm. Diamètre : 21 cm.

Cet artiste est l’un des plus grands novateurs du XXème siècle dans l’art du verre. De nombreux verriers appliquent encore aujourd’hui les formules décoratives dont il est l’inventeur. Chez lui, «les différentes couches de verre glissent et luttent comme dans les époques géologiques».

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/02/12/maurice-marinot-1882-1960-peintre-puis-verrier-dexception/

Verrerie de Bar sur Seine (1784-1937) connue grâce à Maurice Marinot (1883-1960) (France)

V V1 V2 V3 V4 V5 V6 V7

Fondée en 1784, la verrerie de Bligny, après des difficultés (faillites en 1875 et 1879), ne survit qu’au prix d’un déménagement à Bar-sur-Seine en 1881, afin d’alléger les coûts de transport considérables de la houille, à laquelle elle s’est convertie après 1875. Le nouveau site, qui a nécessité des investissements considérables, appartient au banquier barséquanais Édouard Brocard.

Son neveu Georges Brocard, maître de verrerie, est associé à l’entreprise en 1885. Il en assure la direction de 1901 à 1908, date de son décès. Le hall d’entrée de l’usine est élevé par les Éts Louis Maison des Riceys. Les ateliers de gravure et d’emballage, la salle des machines et les ateliers de mécanique s’échelonnent de plain-pied à côté du hall des fours. L’entreprise, desservie par un embranchement ferroviaire, fabrique des verres décorés : services à bière, à liqueurs, à vins fins, verres à eau, vases…, présentés à Paris et Marseille. Elle occupe jusqu’à 300 ouvriers. En 1910, la crue de la Seine submerge l’usine et détruit de nombreux creusets. La recherche d’investisseurs ou de repreneurs permet aux frères Eugène et Gabriel Viard de reprendre l’entreprise.

En 1911, à l’occasion d’une visite des Verreries cristalleries, le peintre troyen Maurice Marinot (1883-1960), subjugué par les méthodes de fabrication du verre, déclare qu’il éprouve « un violent désir de ce nouveau jeu ». Les nouveaux patrons, Eugène et Gabriel Viard, lui réservent un atelier d’études et de fabrication dans lequel il va réaliser progressivement l’unité du verre et du décor. Marinot crée d’abord des décors émaillés de style fauve sur des vases en verre blanc dont les formes – qu’il a dessinées – sont élaborées par un verrier. Il s’essaie aux procédés de gravure à l’acide. À partir de 1923, Marinot apprend le métier de verrier quand il comprend que l’émail masque la beauté intrinsèque du verre. Il rejette la décoration de surface en faveur de techniques originales comme l’inclusion d’oxydes métalliques entre différentes couches superposées de verre transparent. Il utilise aussi un verre « malfin » (imparfaitement raffiné) afin de créer un effet de bulles. Il invente des tons rouge fraise et bleu turquoise. De 1927 à 1937, Marinot modèle à chaud des pièces épaisses et d’un seul bloc sur lesquelles il travaille en sculpteur.

En 1932, un legs d’Ernest Pillot, ancien directeur de la verrerie, permet l’édification d’une passerelle sur la Seine. Oeuvre des Éts Maison-Moutard aux Riceys, elle facilite le passage des ouvriers de l’usine. La verrerie possède une école privée depuis 1883, une colonie d’enfants orphelins, une coopérative, une société de musique et des logements ouvriers. Elle ferme ses portes en 1937 alors qu’un incendie en 1934 avait occasionné sa reconstruction en 1936. De nouvelles destructions ont lieu lors de la Seconde Guerre mondiale.

De 1947 à 1951, les bâtiments sont occupés par l’usine de verres optiques Guilbert et Ponty. De 1951 à 1956, s’y succèdent une coopérative agricole puis la Société industrielle barséquanaise des plastiques qui fait faillite. De 1956 à nos jours, le site abrite une chaudronnerie spécialisée sous la raison sociale EIC Industries.

Marcel GOUPY (1886-1954) décorateur au magasin Cristallerie de la Paix (France)

V1v1v1V2V1V1V1V4V3v1v2V4V2v2v1V3VV4VVV4V3V2V1VV1V5VV2V3VVV2v goupilvV0V4V6v9v10V11V12V13

Marcel GOUPY (1886-1954) a été peintre aquarelliste avant de se passionner pour la céramique et le verre. Diplômé de l’Ecole Nationale des Arts Décoratifs de Paris, sa rencontre avec Georges (Géo) Rouard en 1909, fut déterminante pour sa carrière. Il commence le début de sa collaboration avec le galeriste Rouard par fournir des dessins et décors de verrerie. Ces premières pièces émaillées apparaissent en 1914.

Il deviendra en 1919, décorateur en chef à la galerie puis son directeur artistique en 1929 à la mort de Géo Rouard, jusqu’en 1954 dans l’atelier du magasin « Cristallerie de la Paix », situé aux 34-36 de l’avenue de l’Opéra à Paris. Ce magasin fut repris par Géo Rouard avec son atelier de décoration situé rue Vieille du Temple. il devient un centre de diffusion de créations décoratives d’avant-garde après la guerre de 1914-1918.

Ainsi, on pouvait y trouver des œuvres de Delaherche, Decoeur, Mayodon, Lenoble pour les céramiques. Les argenteries étaient présentes avec Dunand. René Lalique, Maurice Marinot, Henri Navarre et André Thuret pour les verreries. François Decorchemont était représenté par les pâtes de verre. Les œuvres de Marcel Goupy figuraient parmi toutes ces signatures prestigieuses. Auguste Heiligenstein rejoint de 1919 à 1923 Marcel Goupy, à l’atelier de la rue Vieille du Temple.

La production importante de Marcel Goupy reste marqué par des décors végétaux et de représentations de femmes nues. La technique qu’il a mis au point est basée sur la projection d’émaux opaques ou translucides cernés d’un trait noir.

Les signatures :

Les pièces des productions de Marcel Goupy son signées de son nom « M Goupy », ‘M Goupy. », « MG », mais également celles diffusées par la galerie Rouard « Rouard France ».

 

Maurice MARINOT (1882-1960) peintre puis verrier d’exception (France)

v5v3V1VVV V1 V2 V3 V4 V5 V6 V7 V8 V9 V10 V11V V1 V2 V3

Maurice MARINOT (1882-1960) a voulu être et il est demeuré un maître ouvrier. Il s’est fait d’abord connaître comme peintre puis enthousiasmé par le verre, créa des vases de verre transparent décorés de motifs sur émaux opaques.

Il est l’un des plus grands novateurs du XXème siècle dans l’art du verre. De nombreux verriers appliquent encore aujourd’hui les formules décoratives dont il est l’inventeur. Chez lui, «les différentes couches de verre glissent et luttent comme dans les époques géologiques».

Ainsi, lorsqu’en 1911, il visite à Bar-sur-Seine la verrerie de son ami Viard, un coup de cœur le décide à mettre de côté sa carrière de peintre pour consacrer près de 25 ans de sa vie au métier pénible et passionnant de verrier. De son atelier sortiront près de 2500 pièces : flacons, vases, coupes, bouteilles et quelques rares presse papiers, généralement signées sur le fond : Marinot.

Chaque objet est une œuvre d’art unique qui ne connait ni moulage ni reproduction en série. Ce sont des pièces uniques qui « naissent les unes des autres ». Un atelier mis à sa disposition dans la verrerie lui permet de commencer ses recherches. Il y dessine la forme des pièces qu’il fait réaliser dans l’atelier voisin et les achève ensuite en les décorant d’émaux.

Il produit de 1913 à 1922 des verres blancs, limpides, bullés, ou craquelés qu’il décore de réserves en émail : bleu, blanc, rouge, violacé ou jaune. A partir de 1919, il s’intéresse à un nouveau type de décor et commence à creuser la surface de ses verres qui s’épaissit. Il les taille lui-même à la roue ou les grave à l’acide. C’est ainsi que commence son travail sur la profondeur.

Ses verres sont gravées de larges surfaces à facettes stylisées et géométriques. Un dessin daté de 1926 et conservé au musée d’art moderne de Troyes nous permet de mieux le découvrir. En commençant à souffler lui-même ses pièces à partir de 1923, il expérimente ensuite un nouveau type de décor nommé décor intercalaire. Entre deux couches de verres, il insère des impuretés qui créent de larges trainées colorées ou bullées.

C’est de 1927 à 1937, date à laquelle il cesse complètement son activité de verrier, que Marinot est le plus moderne. Il modèle à chaud des verres épais et lourds qui feront dire à René Jullian, lors d’une exposition rétrospective de son œuvre en 1965.
Après un long perfectionnement, il a acquis la liberté de l’artiste verrier et réalise des flacons au décor interne et profond formant « un tout organique cohérent ».

Son objectif est de « contraindre le verre tout en faisant apparaître sa vie propre. Que le résultat soit celui d’une lutte avec ses actions et ses réactions comme dans les choses de la nature ».

Les œuvres d’art réalisées par Maurice Marinot sont aujourd’hui conservées dans de nombreux musées français et internationaux. Rares sont celles passants en ventes publiques aux enchères, ce qui explique qu’un petit vase d’époque pourra être généralement estimé 10 000 à 15 000 €.

http://www.jeansala.com/1.html

http://www.mediatheque.grand-troyes.fr/webmat/content/fonds-local-et-regional-maurice-marinot