Archives pour la catégorie François-Eugène ROUSSEAU (1827-1890) marchand-éditeur parisien spécialisé dans la céramique et le verre (France)

Vase de François-Eugène ROUSSEAU en verre haut de 30 cm (France)

François-Eugène ROUSSEAU (1827-1890), vase en verre double massif transparent, à panse bosselée et haut col droit. Fond craquelé à inclusions de feuilles d’or éclatées et coulures de poudres intercalaires polychrome. Hauteur : 30 cm. Diamètre : 20 cm. Estimation : 1 500 €.

Il était un marchand-éditeur parisien, spécialisé au début de sa carrière dans la faïence et la porcelaine.

Vers 1867, à peu près en même temps que Gallé, il se prit de passion pour l’art du Japon et fit réaliser des services en faïence de Monteraux  japonisants en association avec un graveur, Félix Bracquemond. La même année il se mit à la verrerie en faisant appelle aux talents de Eugène Michel pour lui faire graver toute une gamme de verrerie dans l’esprit « Art Nouveau ».

En 1869, deux de ses verres peints furent achetés par le Victoria and Albert Museum. Ses verreries japonisantes produites avec le concours probable des frères Appert à Clichy, apparaîtront en 1874 à Paris à la IVe Exposition de l’Union centrale des Beaux-arts appliqués à l’industrie.

En 1877, il collabore avec Alphonse-Georges Reyen. Il mena des expériences dans les ateliers des frères Appert, qui se solda par des réalisations au couleurs de plus en plus rares et précieuses.

Son atelier était situé au 43 de la rue Coquillère à Paris. Ancienne maison Duban, fondée à la même adresse, en 1753 par Louis-Picard Duban (mort en 1783), faïencier, et reprise en 1784 par son fils, Louis-François-Picard Duban, faïencier breveté, seul fournisseur de la Maison du Roi et des Princes. Joseph Rousseau (Lys 1787-Paris 1855) loue le fonds de commerce à partir de 1826. François-Eugène Rousseau succède à son père en 1856 et vend son fonds à Léveillé en 1885. Ce dernier continua à travailler dans le style de son maître, tout en l’adaptant progressivement à l’esprit fin de temps. Léveillé mourut en 1913.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/07/08/francois-eugene-rousseau-1827-1890-marchand-editeur-parisien-specialise-dans-la-ceramique-et-le-verre-france/

Publicités

Vase de François-Eugène ROUSSEAU (1827-1890) & Ernest-Baptiste LEVEILLE (1841-1913) en verre à décor d’inclusions à l’imitation du cristal de roche (France)

François-Eugène ROUSSEAU (1827-1890) & Ernest-Baptiste LEVEILLE (1841-1913), vase en verre à décor d’inclusions à l’imitation du cristal de roche. Signé Leveillé Paris sur le pied. Hauteur : 19,5 cm.  Estimation : 1 200 €.

François-Eugène ROUSSEAU (1827-1890) était un marchand-éditeur parisien, spécialisé au début de sa carrière dans la faïence et la porcelaine. Vers 1867, à peu près en même temps que Gallé, il se prit de passion pour l’art du Japon et fit réaliser des services en faïence de Monteraux  japonisants en association avec un graveur, Félix Bracquemond. La même année il se mit à la verrerie en faisant appelle aux talents de Eugène Michel pour lui faire graver toute une gamme de verrerie dans l’esprit « Art Nouveau ».

En 1869, deux de ses verres peints furent achetés par le Victoria and Albert Museum. Ses verreries japonisantes produites avec le concours probable des frères Appert à Clichy, apparaîtront en 1874 à Paris à la IVe Exposition de l’Union centrale des Beaux-arts appliqués à l’industrie. En 1877, il collabore avec Alphonse-Georges Reyen. Il mena des expériences dans les ateliers des frères Appert, qui se solda par des réalisations au couleurs de plus en plus rares et précieuses.

Son atelier était situé au 43 de la rue Coquillère à Paris. Ancienne maison Duban, fondée à la même adresse, en 1753 par Louis-Picard Duban (mort en 1783), faïencier, et reprise en 1784 par son fils, Louis-François-Picard Duban, faïencier breveté, seul fournisseur de la Maison du Roi et des Princes. Joseph Rousseau (Lys 1787-Paris 1855) loue le fonds de commerce à partir de 1826. François-Eugène Rousseau succède à son père en 1856 et vend son fonds à Léveillé en 1885. Ce dernier continua à travailler dans le style de son maître, tout en l’adaptant progressivement à l’esprit fin de temps. Léveillé mourut en 1913.

Ernest-Baptiste LEVEILLE (1841-1913) est surtout connu pour ses porcelaines, mais il fera exécuter des vases d’une grande beauté.
Il est né en 1841 à Paris et devient marchand éditeur de porcelaines et cristaux. Fondateur de la maison Léveillé en 1869 au 74 boulevard Haussmann à Paris, en 1885, il fait l’acquisition de la maison E. Rousseau, marchand  éditeur de porcelaines et cristaux, et exploitation du fonds de 1886 à 1890 sous le nom de « Maison Rousseau et Leveillé réunies ». Il créé les modèles et les fait exécuter, puis graver, selon des indications très précises. Ces travaux lui valent une médaille d’or. On apprécie ses vases craquelés et gravés sur trois couches de verre.
Redevenue « E. Leveillé » à la mort de Rousseau en 1890, le magasin est transféré en 1899 au 140 Faubourg Saint-Honoré à Paris. En 1902, il s’associe avec la maison Toy, affaire de porcelaines et cristaux, sous la raison sociale « Maisons Toy et Leveillé réunies ». L’établissement sera situé au 10 rue de la Paix à Paris.
Ernest-Baptiste LEVEILLE meurt en 1913 à Vaucresson.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/07/08/francois-eugene-rousseau-1827-1890-marchand-editeur-parisien-specialise-dans-la-ceramique-et-le-verre-france/

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/02/17/ernest-baptiste-leveille-1841-1913-marchard-editeur-a-paris-france/

Vase en cristal réalisé par François-Eugène ROUSSEAU haut de 17 cm (France)

François-Eugène ROUSSEAU (1827-1890), vase en cristal soufflé au décor réalisé aux émaux polychromes et à l’or de larmes polychromes en chute et un jonc en pourtour du col, réalisés en verre coloré, modelé et appliqué à chaud. Signé F. ROUSSEAU, gravé sous la base. Hauteur : 17 cm. Estimation : 1 200 €.

François-Eugène ROUSSEAU (1827-1890) était un marchand-éditeur parisien, spécialisé au début de sa carrière dans la faïence et la porcelaine. Vers 1867, à peu près en même temps que Gallé, il se prit de passion pour l’art du Japon et fit réaliser des services en faïence de Monteraux  japonisants en association avec un graveur, Félix Bracquemond. La même année il se mit à la verrerie en faisant appelle aux talents de Eugène Michel pour lui faire graver toute une gamme de verrerie dans l’esprit « Art Nouveau ».

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/07/08/francois-eugene-rousseau-1827-1890-marchand-editeur-parisien-specialise-dans-la-ceramique-et-le-verre-france/

Vase de François-Eugène ROUSSEAU à décor de mascarons et poissons haut de 21 cm estimé 5 000 € (France)

François-Eugène ROUSSEAU (1827-1891), vase à décor de deux mascarons appliqués à mufles de lions sur les côtés et poissons gravés sur fond de poudres intercalaires. Signé. Hauteur : 21 cm.

François-Eugène ROUSSEAU était un marchand-éditeur parisien, spécialisé au début de sa carrière dans la faïence et la porcelaine. Vers 1867, à peu près en même temps que Gallé, il se prit de passion pour l’art du Japon et fit réaliser des services en faïence de Monteraux  japonisants en association avec un graveur, Félix Bracquemond. La même année il se mit à la verrerie en faisant appelle aux talents de Eugène Michel pour lui faire graver toute une gamme de verrerie dans l’esprit « Art Nouveau ».

 

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/02/17/ernest-baptiste-leveille-1841-1913-marchard-editeur-a-paris-france/

Coupe en verre de François-Eugène ROUSSEAU et Ernest-Baptiste LÉVEILLÉ (1841-1913) estimée 1 500 € (France)

François-Eugène ROUSSEAU (1827-1890) & Ernest-Baptiste LÉVEILLÉ (1841-1913), coupe coquille en verre translucide animé de poudres intercalaires blanches, rouges et vertes, décor de craquelures et fin bullage, nervures végétales au revers. Non signée. Hauteur : 9,5 cm. Diamètre : 20,5cm.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/02/17/ernest-baptiste-leveille-1841-1913-marchard-editeur-a-paris-france/

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/07/08/francois-eugene-rousseau-1827-1890-marchand-editeur-parisien-specialise-dans-la-ceramique-et-le-verre-france/

Paire de vases rouleau en cristal de François-Eugène ROUSSEAU estimée 1 500 € (France)

François-Eugène ROUSSEAU (1827-1890), paire de vases rouleau en cristal à décor japonisant de branchages et oiseaux or. Pieds en bronze en forme de branches fleuries. Hauteur : 21 cms

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/07/08/francois-eugene-rousseau-1827-1890-marchand-editeur-parisien-specialise-dans-la-ceramique-et-le-verre-france/

Vase réalisé en 1890 par François-Eugène ROUSSEAU à décor dégagé à l’acide (France)

François-Eugène ROUSSEAU (1827-1890), vase de forme ovoïde à col resserré à décor dégagé à l’acide sur fond jaune. Signé. Hauteur : 16 cm.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/07/08/francois-eugene-rousseau-1827-1890-marchand-editeur-parisien-specialise-dans-la-ceramique-et-le-verre-france/

Vase à décor stylisées de François-Eugène ROUSSEAU haut de 16 cm (France)

François-Eugène ROUSSEAU (1827-1890), vase à section carrée en verre transparent ambré à décor émaillé polychrome de fleurs stylisées. Hauteur : 16 cm. Estimation : 2 000 €.

Vers 1867, à peu près en même temps que Gallé, il se prit de passion pour l’art du Japon et fit réaliser des services en faïence de Monteraux  japonisants en association avec un graveur, Félix Bracquemond. La même année il se mit à la verrerie en faisant appelle aux talents de Eugène Michel pour lui faire graver toute une gamme de verrerie dans l’esprit « Art Nouveau ». En 1869, deux de ses verres peints furent achetés par le Victoria and Albert Museum. Ses verreries japonisantes produites avec le concours probable des frères Appert à Clichy, apparaîtront en 1874 à Paris à la IVe Exposition de l’Union centrale des Beaux-arts appliqués à l’industrie.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/07/08/francois-eugene-rousseau-1827-1890-marchand-editeur-parisien-specialise-dans-la-ceramique-et-le-verre-france/

Porte-pinceau de François-Eugène ROUSSEAU à décor de papillon haut de 17 cm estimé 3 000 € (France)

François-Eugène ROUSSEAU (1827-1891), porte-pinceau gravé d’’un papillon sur fond de feuillages. Il repose sur un socle débordant à quatre petits pieds en verre émaillé et doré. Signé. Hauteur : 17 cm sur base carrée 11 cm.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/07/08/francois-eugene-rousseau-1827-1890-marchand-editeur-parisien-specialise-dans-la-ceramique-et-le-verre-france/

Pichet en cristal de François-Eugène ROUSSEAU réalisé vers 1874/1878 (France)

v1

François-Eugène ROUSSEAU (1827-1890), pichet en cristal, à panse bombée et col droit à deux anneaux en cristal fumé à décor japonisant en bleu, rouge, vert et blanc cerclé d’or. Numéroté 418 au stylet, non signé. Vers 1874-1878. Haut. 21 cm. Estimé : 600 €

Si Eugène Rousseau rime invariablement avec le service qui porte son nom réalisé en collaboration avec Félix Bracquemond dès 1866, c’est véritablement dans l’art verrier que son génie est sublimé.

Pionnier du japonisme, il se distingue par son grand sens artistique qui le pousse à imaginer des décors, des couleurs et des formes inédites. Et c’est cet oeil esthète qui contraindra les artisans de son atelier à innover, à imaginer des techniques nouvelles pour donner vie aux inventions de son esprit. Ainsi, non content d’impulser cette révolution esthétique qui accouchera de l’Art Nouveau, Rousseau renouvelle l’art verrier et lui lègue une kyrielle de procédés novateurs.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/07/08/francois-eugene-rousseau-1827-1890-marchand-editeur-parisien-specialise-dans-la-ceramique-et-le-verre-france/