Archives mensuelles : juin 2019

Vase à anses d’Emile GALLE réalisé en 1890 à décor d’orchidées haut de 21 cm (France)

Emile GALLÉ (1846-1904), vase balustre en verre teinté vert herbe, à décor d‘orchidées dégagé à l’acide et émaillé et doré partiellement. Anses latérales en verre appliqué à rainures et ailettes. Signé « Émile Gallé » à la roue et inscrit en noir « déposé « Serie C » » sous la base. Hauteur : 21 cm. Estimation : 3 000 €.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/20/emile-galle-1846-1904-le-maitre-verrier-de-l-art-nouveau-france/

Vase haut de 36 cm de Paul NICOLAS signé D’ARGENTAL (France)

Paul NICOLAS (1875-1952)D’ARGENTAL, vase en verre multicouches dégagé à l’acide à décor de paysage rouge sur fond jaune. Signé. Hauteur : 36 cm. Estimation : 900 €.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/16/paul-nicolas-1875-1952-ou-dargental-verrier-lorrain-un-de-mes-preferes/

Vase Emile GALLE signature à l’étoile à décor de fleurs de clématite haut de 27 cm (France)

Emile GALLE (1846-1904), vase en verre multicouche gravé à l’acide de fleurs de clématite. Signature à l’étoile (période 1904-1908), et étiquette d’origine marquée « Cristallerie d’Art, Emile Gallé, Nancy, Paris, n° 50543 ». Hauteur : 27 cm. Estimation : 1 500 €.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/20/emile-galle-1846-1904-le-maitre-verrier-de-l-art-nouveau-france/

Vase des Frères MULLER haut de 20 cm à décor marmoréen vert et rouge (France)

Frères MULLER (1897-1936), vase balustre en verre marmoréen vert et rouge. Signé.
Hauteur : 20 cm. Estimation : 250 €.

Les signatures :

Les signatures pour la période entre 1897 et 1914 sont les suivantes : « Muller Croismare », « DMuller Croismare » pour Désiré Muller, « EMuller Croismare » pour Eugène Muller, « hMuller Croismare prés de Nancy » pour Henri Muller, « hMuller Croismare » pour Henri Muller, « CROISMARE », « Crois Mare GV », « Muller », avec des variantes.

Les signatures pour la période entre 1919 et 1933 sont les suivantes : « G.V. DE CROISMARE » pour Grande Verrerie de Croismare pour les luminaires, « MULLER FRES LUNEVILLE » avec des variantes, « MULLER FRES FRANCE » pour les modèles destinés à l’exportation, « MULLER FRERES LUNEVILLE » avec des variantes, « MULLER FRERES LUNEVILLE FRANCE » pour des modèles destinés à l’exportation, « M F » et « MULLER Fr. ».

Les signatures pour la période entre 1897 et 1933 sont les suivantes : « Verrerie d’Art de Lorraine Muller & Cie Croismare », « Cristallerie de l’Opéra Rue de la Paix Muller », « E.Corbin Muller Croismare » pour les modèles fabriqués pour les Magasins Réunis de Nancy dirigés par Eugène Corbin après 1903, « VSL » et  » Val St Lambert » pour les modèles fabriqués par Désiré et Eugène Muller aux Cristalleries de Val Saint Lambert avec des variantes entre 1905 et 1908,  » MULLER CROISMARE CLAIN & PERRIER » pour le diffuseur en gros parisien Clain & Perrier, « Muller Frères Fecit PRIMAVERA FRANCE » et « Atelier Primavera Muller Fres LUNEVILLE » pour les grands magasins du Printemps vers 1925, « Muller Frères Lunéville Chapelle » pour les pièces réalisées en collaboration avec la ferronnerie Chapelle entre 1925 et 1930, « Muller Fres Lunéville U. GUAITA » pour les pièces réalisées en collaboration avec l’atelier de ferronnerie Maroello Guaita, « NICS » pour les pièces réalisées avec l’atelier de ferronnerie des Etablissements Nics, et « ASERVA ».

Les signatures pour la période entre 1935 et 1952 sont les suivantes : « Muller Fs Lunéville » pour les Muller fils Lunéville, « G. Muller Fs » pour Georges Muller fils avant 1940, « G MULLER Fs Lunéville » pour Georges Muller fils Lunéville avant 1940, « G & M Muller Fs Lunéville » pour Georges et Marcel Muller fils Lunéville avant 1940, « G. Muller Fils » pour Georges Muller fils avant 1940, « G M Muller Fs » pour Georges et Marcel Muller fils avant 1940 et « Muller Lunéville France » pour les pièces destinées à l’exportation.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/02/11/freres-muller-a-luneville-1897-1936-lhistoire-dune-famille-verrier-france/

Vase signé RICHARD à décor de pavots et papillons haut de 20 cm (France)

Richard BURGSTHAL (1884-1944), vase bulbe en verre multicouche à décor gravé à l’acide de pavots et papillons bleus sur fond orange. Signé « RICHARD ». Hauteur : 20 cm. Diamètre : 10 cm. Estimation : 200 €.

Richard BURGSTHAL, musicien, artiste peintre et maître verrier français, de son vrai nom René Billa, est né à Nice en 1884 et décédé à Juan-les-Pins en 1944 signe ses œuvres RICHARD. Né en d’un père architecte et aquarelliste né à Valparaiso (Chili) et d’une mère italienne, professeur de piano, Richard Burgsthal, prit ce pseudo en hommage à Wagner.

Musicien et pianiste de formation il entre au Conservatoire de Paris en 1895. Wagnérien passionné, il rencontre la compositrice Rita Strohl La Villette en 1903, auteur d’opéras et de légendes celtique d’inspiration wagnérienne. Tous deux sont proches du mouvement théosophique. Encouragé par Rita Strohl, Richard Burgsthal se lance dans la peinture et traduit en grandes aquarelles colorées les visions que lui inspire la musique.

La rencontre avec Gustave Fayet en 1910 à la galerie Barbazanges à Paris où il expose ses œuvres sera décisive. Le riche négociant, mécène et collectionneur, l’engage pour décorer l’abbaye de Fontfroide à Narbonne puis, à partir de 1912, pour y réaliser des vitraux. Burgsthal réalise ainsi en 1912 des décorations : cinq grands triptyques dans le parloir qui illustrent les thèmes légendaires ou mythologiques dans une nature féérique et luxuriante, deux fresques pour le dortoir des moines (qui devient la salle de musique) l’une inspirée du Vaisseau Fantôme de Richard Wagner et l’autre représentant la Musique sacrée, une série d’aquarelles sur papier de Chine s’inspirant de la Tétralogie.

À partir de 1912, avec Gustave Fayet qui acquiert une sablonnière et la verrerie des Sablons dans la vallée de Chevreuse, Richard Burgsthal s’installe à Bièvres. Il met au point son propre four et ses propres techniques de fabrication, s’aidant du traité du moine Théophile (Theophilus Presbyter) datant de 1125 et d’un traité datant de 1202. Il multiplie les essais dans la verrerie des Sablons jusqu’à ce qu’il découvre les bleus de Chartres en avril 1913, les rouges rubis en juillet.

Un éditeur parisien Edmond Etling fera exécuter les vases Richard entre 1920 et 1929 chez Johann LOETZ WITWE en Bohême du Sud à Klostermühle.

Après 1925, Richard Burgsthal continuera de créer des vitraux modernes mais surtout restaurera des vitraux anciens (cathédrale d’Albi, cathédrales de Carcassonne, Narbonne, Saint Bertrand de Comminges…).

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/02/14/richard-burgsthal-1884-1944-musicien-peintre-et-verrier-signe-ses-pieces-richard/

Vase signé DE VEZ à décor lacustre haut de 16 cm (France)

DE VEZ (Camille Trutié de Varreux (1872-1942)), vase à corps conique et col renflé sur base annulaire en verre doublé brun rouge sur fond jaune orangé. Décor de paysage lacustre. Signé. Hauteur : 16 cm. Estimation : 150 €.

Les signatures de la Cristallerie de PANTIN de 1855 à 1914 :

Bon nombre de pièces produites n’ont pas été signées. S’il y a une signature elle est peinte en émail ou en or, gravée à l’acide ou à la roue ou moulée.

Vers 1855 signature « Cristallerie de Pantin », vers 1855-1888 « PANTIN » modèle étiquette, vers 1888-1907 « Pantin PE STV 1299 » pour Stumpf, Touvier, Viollet, et « Cristallerie * de Pantin * STV & C. » pour Stumpf, Touvier, Viollet & C., et « Cristallerie de Pantin * STV & B Marguery – Fleurs – Bordeaux », mais également « Cristallerie d’Art STV & C. » pour Stumpf, Touvier, Viollet & C. Après 1888 « STV » pour Stumpf, Touvier, Viollet et « PANTIN STV » pour Stumpf, Touvier, Viollet, parfois suivie d’un numéro. Vers 1900 « PANTIN et STV » pour Stumpf, Touvier, Viollet et « CP » initiales de Cristallerie de Pantin, signatures monogrammes variantes, également « Les Coquelicots AB CRISTALLERIE D’ART STV », « AB » initiales du décorateur. De 1907 à 1914 « DEVEZ ». Avant 1914 « THIAUCOURT ».

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/27/de-vez-camille-trutie-de-varreux-1872-1942-cristallerie-de-pantin-france/

Vase « Aubépines » de Charles SCHNEIDER haut de 42 cm (France)

Charles SCHNEIDER (1881-1953), vase balustre « Aubépines ». Hauteur : 42 cm. Signature au berlingot bleu blanc rouge. Estimation : 2 000 €.

De la grande époque de la verrerie Art nouveau-Art déco (entre 1895 et 1935), le grand public retient surtout trois noms, Daum, Gallé et Lalique. Un quatrième, Schneider, plus discret, fait également partie de cette pléiade qui a pris son envol avec l’École de Nancy, lorsque les artistes, souvent lorrains ou alsaciens, se sont repliés sur l’autre versant des Vosges après la défaite de 1870, là où se trouvent, encore aujourd’hui, nombre de cristalleries de renom, Baccarat ou Saint Louis notamment. Une toute récente exposition permet de découvrir cette verrerie au style particulier, très appréciée par les amateurs et collectionneurs, de plus en plus nombreux, de cet art décoratif, aux cotes qui ne cessent de grimper.

Il y a Charles Schneider (formé chez Daum) l’artiste et son frère Ernest le gestionnaire, originaires de Lorraine, rachètent en 1913 une verrerie à Epinay-sur-Seine près de Paris, là où se trouvent les clients fortunés. Pendant la Grande Guerre, la verrerie fournit du matériel médical et dès l’armistice, connait un immense succès commercial : en 1925 elle compte plus de 500 salariés.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/24/charles-schneider-1881-1953-un-maitre-verrier-apprecie-outre-atlantique/

Flacon à décor de myosotis haut de 9 cm réalisé en 1925 par Auguste HEILIGENSTEIN (France)

Auguste HEILIGENSTEIN (1891-1976), flacon en verre à décor de myosotis stylisés au riche décor tournant et entièrement couvrant réalisé aux émaux translucides polychromes et à l’or au four. Signé Aug. HEILIGENSTEIN, en gravure à la pointe sous la base. Hauteur : 9 cm. Estimation : 2 000 €.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/03/25/auguste-heiligenstein-1891-1976-grand-coloriste-de-lart-verrier-france/

Vase d’Emile GALLE haut de 17,5 cm avec inclusions colorées et craquelures (France)

Emile GALLE (1846-1904), vase évasé aplati en verre épais à inclusions colorées grises et bordeaux sur fond de craquelures. Signé à la pointe et gravé N°9. Pose sur une base en métal argenté. Hauteur : 17,5 cm. Estimation : 5 000 €.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/20/emile-galle-1846-1904-le-maitre-verrier-de-l-art-nouveau-france/