Tous les articles par Le Verre, le Cristal et la Pâte de Verre

Vase de François-Emile DECORCHEMONT réalisé en pâte de verre vers 1913 à décor de charançons (France)

v1

François-Emile DECORCHEMONT (1880-1971), vase « Charançons » en pâte de verre à décor d’une frise d’insectes en haut relief de couleur noire et d’herbacées bleu-vert. Signé « Décorchemont » dans la coquille. Hauteur : 13 cm. Diamètre : 12,5 cm.

Ses créations n’ont pas de valeur fonctionnelle mais seulement esthétique de par leur fragilité et leur coût de production. Il éditait ses œuvres en petites séries et ne cherchait pas le rendement mais l’esthétisme. François Décorchemont est le grand-père des verriers Antoine Leperlier et Étienne Leperlier.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/25/francois-emile-decorchemont-1880-1971-des-creations-de-pates-de-verre-exceptionnelles/

Publicités

Vase « Trois Figures » en pâte de verre de François-Emile DECORCHEMONT estimé 20 000 € (France)

v2 v3 v5 v6

François-Emile DECORCHEMONT (1880-1971), vase « Trois Figures », modèle 59 1914 (quatre exemplaires répertoriés) en pâte de verre épaisse, à col ourlé orné d’alvéoles et base ronde en retrait. Décor en haut relief de trois anses ajourées et de trois médaillons à motifs de jeunes filles ceuillant des fleurs sur un fond floral en léger relief, de couleur rouge-pourpre. Signé « Décorchemont » dans la coquille. Hauteur : 24 cm. Diamètre : 20 cm.

François-Emile DECORCHEMONT (1880-1971) est un céramiste et maître verrier français. Il appartenait à une famille d’artistes, son père, Louis-Émile Décorchemont (1851-1921), était sculpteur. Après avoir étudié à l’École nationale des arts décoratifs, il réalisa de nombreux objets en pâte de verre qui lui apportèrent la notoriété. La technique de la pâte de verre s’était développée à la fin du XIXe siècle chez les verriers.

erreetlecristal.wordpress.com/2014/01/25/francois-emile-decorchemont-1880-1971-des-creations-de-pates-de-verre-exceptionnelles/

Amphore à décor de médaillons de Philippe-Joseph BROCARD (France)

v1

Philippe-Joseph BROCARD (1831-1896), amphore en verre transparent à col cintré orné de deux petites anses ajourées et mouvementées à piètement modelé à chaud. Décor de médaillons aux émaux durs polychromes. Frises et encorbellements peints à l’or. Signé « Brocard » en partie basse. Hauteur : 17 cm. Diamètre : 8,5 cm.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/28/philippe-joseph-brocard-1831-1896-verrier-emailleur-un-des-peres-meconnus-de-lart-nouveau/

Vase d’Auguste JEAN réalisé en 1880 à décor de lézard (France)

v

Auguste JEAN (1830-1890), vase en verre jaune-ocré, de forme ovoïde à col débordant festonné de « stalactites » et de « stalagmites » et piétement hexapode mouvementé appliqué à chaud. Décor en pourtour de fleurs et de branches de cerisiers peints en émaux polychrome, sur lequel rampe un lézard en haut relief. Hauteur : 28 cm. Diamètre :  20 cm.

Auguste JEAN est né à Paris vers 1830. Fils de céramiste, il commence à être connu à partir de 1860 comme céramiste et décorateur de faïences fines avant de se tourner vers la verrerie d’art. Novice, il a apporté un bouleversement dans la technique des décors émaillés. Ses premiers décors japonisants de vase sont peints aux émaux polychromes en haut relief et à l’or. Ils les réalisent sur des vases, coupes, corbeilles à base tripode et à corps penché.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/02/15/auguste-1830-jean-precuseur-de-lart-nouveau-france/

Statuette de Georges DESPRET estimée 2 500 € (Belgique)

v6

Georges DESPRET (1862-1952) statuette en pâte de verre « Tanagra à l’amphore » Signé « Despret » sur la plinthe arrière. Hauteur : 26,5 cm.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/02/07/georges-despret-1862-1952-des-pates-de-verre-belges-aux-degrades-subtils-belgique/

Vase boule de Charles SCHNEIDER estimé 900 € haut de 31 cm et signé Le Verre Français période 1928-1930 (France)

v2

Charles SCHNEIDER (1881-1953), Le Verre Français, vase boule en verrerie à décor géométrique d’arcs dégagé à l’acide en réserve sur un fond nuageux orangé dégradé. Signé sur la base. Hauteur : 31 cm.

De la grande époque de la verrerie Art nouveau-Art déco (entre 1895 et 1935), le grand public retient surtout trois noms, Daum, Gallé et Lalique. Un quatrième, Schneider, plus discret, fait également partie de cette pléiade qui a pris son envol avec l’École de Nancy, lorsque les artistes, souvent lorrains ou alsaciens, se sont repliés sur l’autre versant des Vosges après la défaite de 1870, là où se trouvent, encore aujourd’hui, nombre de cristalleries de renom, Baccarat ou Saint Louis notamment. Une toute récente exposition permet de découvrir cette verrerie au style particulier, très appréciée par les amateurs et collectionneurs, de plus en plus nombreux, de cet art décoratif, aux cotes qui ne cessent de grimper.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/24/charles-schneider-1881-1953-un-maitre-verrier-apprecie-outre-atlantique/

Lampe réalisée par Georges DE FEURE et DAUM estimée 5 000 € (France)

v5

Georges DE FEURE (1868-1943) et Frères DAUM, lampe en bronze à patine dorée, à deux bobèches et deux bras de lumière. Fût ornementé de feuillage et base quadrangulaire à décor ajouré de fleurs épanouies. Les deux tulipes sont en verre double vitrifié de poudres polychrome. Signé « De Feure » sur la base florale. Tulipes signées « Daum Nancy ». Hauteur : 55 cm. Diamètre : 30 cm. Tulipes : Hauteur : 13 cm. Diamètre : 11 cm.

Georges Joseph Van Sluÿters (1868-1943), alias Georges de FEURE est un artiste français. Il est d’origine hollandaise par son père et belge par sa mère. Il est né à Paris en 1868, mais la famille est obligée d’émigrer en 1870 lors du déclenchement de la guerre franco-prussienne. Peintre et poète raffiné, il vivait entouré de lévriers.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/28/daum-un-style-depuis-1875/

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/02/06/georges-de-feure-1868-1943-maitre-du-symbolisme-et-de-lart-nouveau-a-realise-quelques-vases/

Vase « Iris d’eau » réalisé en 1893 par Alphonse-Georges REYEN (France)

v1 v2

Alphonse-Georges REYEN (1844-1910), vase « Iris d’eau » en verre double, à corps ovoïde, col ourlé et base évasée jointée et annelée. Décor d’iris d’eau et de papillon gravé en profonde réserve brillante entièrement repris en ciselure au touret sur un fond couvert de « bulles d’eau » gravé en fine réserve. Couleurs bleu-cobalt sur un fond blanc jaspé de filaments de poudres intercalaires brunes. Signé, daté et situé « A Reyen Paris 1893 » en partie interne de la base. Hauteur : 26 cm.

C’est dans les années 1890 que Alphonse Georges Reyen s’installe à son compte au 17 boulevard de Solférino à Rueil. Il poursuit ses recherches et obtient une gravure de plus en plus profonde, ombrée en relief, aux tons nettement tranchés, sur des verres à deux, trois ou même quatre couches. C’est au début du siècle que sa production est la plus importante. Ses oeuvres de forme classique sont en général signées, en creux, à la molette.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/03/02/alphonse-georges-reyen-1844-1910-maitre-verrier-et-brillant-graveur-france/

Vase à décor émaillé d’orchidées réalisé par Emile GALLE (France)

v2 v1

Emile Gallé (1846-1904), vase soliflore en verre à fond marbré dans les tons vert et bordeaux, décor d’orchidées émaillées polychromes. Signé. Hauteur : 16 cm.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/20/emile-galle-1846-1904-le-maitre-verrier-de-l-art-nouveau-france/

Cristallerie de VALLERYSTHAL située à proximité de Troisfontaines (1838-1977)

20171210_16294420171210_16285020171210_16283720171210_161923COUPE BELLE EPOQUEV9

Située près de la Verrerie de Plaine de Walsch à proximité de Troisfontaines et de Sarrebourg, la Cristallerie de Vallerysthal est inaugurée le 4 novembre 1838 par le baron Auguste François Eléonor de Klinglin (1795-1863).

Les deux manufactures deviennent les Verreries de Plaine de Walsch (fondée en 1707 par Dominique Voinier) et Vallerysthal. En 1855, cette dernière cesse ces activités au profit de celles de Vallerysthal qui compte 250 ouvriers , puis 600 ouvriers vers 1868.

La guerre de 1870 entre la France et l’Allemagne vient bouleverser la structure commerciale de la manufacture. Vallerysthal est située dans la province annexée par l’Allemagne et perd ainsi des débouchés commerciaux. Il est décidée d’acquérir la verrerie de Portieux située dans la partie vosgienne française en 1872, pour devenir un nouvel ensemble industriel désigné par la société des verreries réunies de Vallerysthal et Portieux SA et devenir le plus important d’Europe avec près de 2200 ouvriers. Ainsi Vallerysthal poursuit son développement industriel et commerciale en Allemagne et Portieux en France.

Entre 1880 et 1900, la verrerie de Vallerysthal développe une petite production d’objets décoratifs de style Art Nouveau par le biais d’accords commerciaux avec Désiré Christian de la manufacture de Meisenthal. Ils semblent identiques à ceux passés quelques années auparavant avec Emile Gallé. En 1898, Désiré Christian s’installe à son propre compte, ainsi les productions Art Nouveau de Vallerysthal s’arrêtent progressivement pour laisser place à une production plus germanique grâce à la participation artistique de l’alsacien Charles Spindler et des designers munichois comme Otto Krüger et Bruno Paul.

La verrerie abandonne au début du XX è siècle les productions artistiques pour celle de la gobellerie avec une gamme impressionnante d’objets en verre soufflé moulé, ou pressé moulé de très belle qualité.

Entre 1919 et 1938, Vallerysthal est dirigée par André Lacombe. Dans les années 1929-1930, le courant Art Déco est animé par Joseph Stenger avec sucés.

Dés 1929, l’usine entame son lent déclin. Période de gréves et de chômage se succèdent. En 1931, on compte 960 ouvriers à Vallerysthal et 1800 pour l’ensemble du groupe.

Après la seconde guerre mondiale, il ne reste plus que 480 à Vallerysthal en 1950, fortement concurrencé par des verreries mécanisées.

En 1970, la société des verreries réunies de Vallerysthal et Portieux SA fusionne avec la Cristallerie de Vannes le Châtel et de celle de Bayel Fains, devenant la Compagnie française de Cristal. Les difficultés persistent cependant et l’usine ferme ses portes en 1977. L’usine ne compte plus qu’à ce moment là 130 personnes.

Ce qui reste des verreries de Vallerysthal et Portieux font partie à partir de 1996 du groupe Faïence et Cristal de France, composé aussi des Faïences de NIderviller et de la manufacture de Lunéville Saint Clément.

Signatures :

Si la production générale n’est pas signée, de nombreux modèles en verre moulé pressé sont marqués VALLERYSTHAL. Les étiquettes des Verreries réunies de Vallerysthal et Portieux apparaissent après 1872. Les oeuvres artistiques  de la période Art Nouveau, produites à la Verrerie de Vallerysthal vers 1890-1900, ainsi que les pièces pouvant avoir été fabriquées pour elle à la verrerie de Meisenthal, sous la direction artistique de Désiré Christian, portent la signature gravée Valleyrysthal, parfois accompagnée d’un dessin rappelant le décor. Plus rarement, quelques oeuvres de cette période ne sont pas signées ; elles doivent être attribuées avec prudence.

Cristallerie de Vallerysthal : 2/12, rue des Cristalleries 57870 TROISFONTAINES

Vous avez la possibilité de visiter la cristallerie. Elle fabrique exclusivement du cristal fait main, soufflé bouche. Possibilité de visites de groupes. Dépositaire des marques, Lunéville-St Clément, porcelaine Deshoulières, la cristallerie de Vallérysthal dispose d’un espace avec estrade permettant d’organiser, spectacles, conférences, auditions musicales, ateliers peintures, exposition,etc.., d’une capacité de 80 places assises.

Les horaires du magasin d’usine sont les suivants : lundi au vendredi de 10h à 12h et de 13h à 18h – Samedi, dimanche et jours fériés de 10h à 12h et de 14h à 18h – Autres horaires en appelant le  03 87 25 62 04 ou par mail vallerysthal@terresdest.fr

http://www.vallerysthal.com/histoire.html