Archives pour la catégorie Louis LELOUP Maître Verrier consacré par un musée à Tyoto (Belgique)

Vase réalisé par Samuel HERMAN (Grande-Bretagne) et Louis LELOUP (Belgique) par VAL SAINT LAMBERT (Belgique)

V1

Ce vase créé en 1970 par Samuel Herman (Angleterre) a été réalisé par Louis Leloup dans les Cristalleries de Val saint Lambert (Belgique).

Il mesure 35 cms de hauteur et porte la signature Val saint Lambert, LL (Louis Leloup) et SJH (Samuel Herman). Ces signatures sont gravées à la pointe au culot.

Publicités

Louis LELOUP Maître Verrier consacré par un musée à Kyoto (Belgique)

MVC3840 001 3981 0001 V2 V3 V4 V5 V6 V7 V8

Louis Leloup, Maître verrier Belgique et souffleur de verre toujours en activité à 80 ans…

C’est aux Cristalleries du Val-Saint-Lambert que l’histoire de Louis Leloup commence… En 1947, Louis Leloup y entre comme apprenti verrier. Louis est très vite remarqué par le Maître Verrier Fernand Menegaz qui demande à ce qu’il travaille avec lui. Fin 1956, il faut concevoir une nouvelle pièce pour l’Exposition Universelle de Bruxelles en 1958. La direction demande à tous les ouvriers qualifiés d’essayer de nouvelles créations. Louis Leloup avait quelques idées, mais il n’avait pas encore l’autorisation de produire des pièces. .Malgré tout, la direction autorisa Louis a tenter sa chance. Après deux essais, il avait réussi ! Ses pièces plaisaient énormément.

A vingt-cinq ans, Louis devient chef de poste d’une équipe de dix ouvriers. Et tous commencent à produire ses pièces. Pour la visite de la Reine Fabiola, en 1965, Louis Leloup crée  « La Madone de la Reine ». Une petite vierge de cristal.

En 1971, un nouveau directeur arrive et veut apporter sa vision. Il invite des artistes extérieurs pour faire des créations. Louis est moins considéré. Il propose de donner sa démission. Le 28 février 1972, Louis Leloup a quitté les Cristalleries du Val-Saint-Lambert.

Il construit très vite un petit atelier dans le fond de son jardin. Ce four ne peut contenir qu’une vingtaine de kilos de matière et limite Louis dans sa soif de création. Ainsi équipé, Louis se rend compte que son cristal n’a pas la qualité qu’il voudrait. Aussi, il décide de « doubler » ses pièces de blanc afin de masquer un peu les défauts de son cristal. Directement, ses pièces ont du succès !

En 1989, Louis Leloup participe à la Foire Internationale de l’Art à Tokyo. A l’ouverture du salon, un visiteur japonais propose d’acheter toutes les pièces de Louis s’il devient le distributeur exclusif de ses pièces au Japon. Louis accepte.

Cet acheteur, Monsieur Ohtani, organise de nombreuses expositions à travers le Japon. Les œuvres de Louis plaisent au pays du soleil levant. Très vite, le couple Ohtani propose de construire un musée Louis Leloup à Kyoto.

http://www.seraing.be/Louis-Leloup.html