Archives du mot-clé MEISENTHAL

Vase réalisé à MEISENTHAL Verrerie d’Art de Lorraine Burgun Schverer et Cie haut de cm (France)

Meisenthal Verrerie d’art de Lorraine Burgun Schverer et Cie,  vase à décor floral en verre multicouche dégagé à l’acide et meulé, de couleur violine, vert, brun et rehauts d’or, à décor de fleurs clochette rose. Signé à l’or sous le pied des armoiries de la manufacture, monogrammé « B. S Co » et marqué « Déposé ». Hauteur : 14 cm. Estimation : 3 500 €.

BURGUN, SCHVERER & Cie (1824-1939) / VERRERIE DE MEISENTHAL (1702-1969)  VERRERIE D’ART DE LORRAINE (1893-1903)

Situé dans les Vosges du Nord, elle est née au début du XVIIIe siècle de l’abandon, faute de combustible, de la verrerie de Soucht, le village est mentionné en 1704 avec sa verrerie, sous la forme Meisenbach, le ruisseau des mésanges, puis en 1711 sous sa forme actuelle, Meisenthal, la vallée des mésanges. Le village aurait été précédé par une première verrerie appelée Glasthal, installée au XVIe siècle et disparue au siècle suivant.

Elle devient Burgun, Schverer & C° en 1824. De grands noms franchir la porte de cette verrerie soit pour s’initier avec Emile Gallé (1867) dans la décoration du verre et Désiré Christian.

On la trouve sur la dénomination de Verrerie de Meisenthal entre 1702 et 1969 et Verrerie d’Art de Lorraine entre 1893 et 1903.

A l’issue de la guerre de (1870-1871), Meisenthal se retrouva en Lorrain annexé par la Prusse. Gallé Père & Fils ne pouvaient y accéder régulièrement depuis Nancy. La verrerie employait plus d’un millier d’ouvriers, d’où à l’époque de consacrer une production de verreries d’usage et utilitaires. Un atelier de décoration dirigé par Désiré Christian permettait de mettre une valeur ajoutée aux pièces produites.

De plus l’effectif de cette usine et la crainte de perdre un personnel qui pourrait vendre son savoir-faire ailleurs, nécessité une production importante commissionnée par Emile Gallé. Le succès de l’artiste nancéen à l’exposition universelle de 1889 submergea la verrerie de commandes puis soudainement une baisse.

En 1901, Burgen, Schverer et C° fut transformée en société anonyme, puis pris l’enseigne Désiré Christian & Fils. L’activité de la verrerie cesse en 1939.

Les signatures : fin du XIXé siècle « B.S. & C° Meisenthal » avec une vase dans une Croix de Lorraine entouré d’une branche de chardons » marques variantes, « B.S & C° Meisenthal » dans une Croix de Lorraine entouré d’une branche de chardon » et « E. CUSENIER FILS AINE & Cie PARIS » marque peinte à l’or relevée sur une carafe à destination publicitaire, au décor floral émaillé. Vers 1889-1894 « Meisenthal B.S & C° » dans une fleur de chardon, signatures variantes. Fin du XIXé siècle et Ière moitié du XXé siècle  » MEISENTHAL », marque moulée pressée. Vers 1890-1894 « Meisenthal B.S & C° D. Christian f1 » signature relevée sur une pièce décorée et signée Désiré Christian. Vers 1894 « VERRERIE D’ART DE LORRAINE B S & C° » avec Croix de Lorraine et chardon. Vers 1894-1895 « VERRERIE D’ART DE LORRAINE B S & C° déposé » avec Croix de Lorraine et chardon, signatures variantes. « BS & C° ». Après 1894 « VERRERIE D’ART DE LORRAINE BS & C° », « VERRERIE D’ART DE LORRAINE B.S & C° déposé ». Vers 1900 « MEISENTHAL B (Croix de Lorraine) & C° ». Après 1894 « VERRERIE D’ART DE LORRAINE ». Vers 1895-1900 « Verrerie d’Art de Lorraine Muller & Cie Croismare » cette signature qui apparaît très rarement semble signifier qu’il a existé une très courte période de collaboration entre les deux verriers. Entre 1895 et 1903 « VERRERIE D’ART DE LORRAINE B S & C° déposé » avec une Croix de Lorraine et chardon, signature la plus couramment utilisée par la verrerie pendant cette période. Avant 1896 « BS & C° » pour Désiré et Armand Christian, « DCA BS & C° » pour Désiré et Armand Christian, « DC BS & C° » pour Désiré Christian. Vers 1918 « MEISENTHAL FRANCE MARQUE DEPOSEE » avec un verre sur une carafe, modèle de la marque estampille déposée par l’entreprise, « MEISENTHAL » avec un verre sur une carafe, ce modèle d’étiquette ronde existe également avec le mot France. A partir de 1918 « MEISENTHAL FRANCE » avec un verre sur une carafe, signature gravée ou sablée. Vers 1950 « CRISTAL FRANCE MEISENTHAL » étiquette.

Le CIAV (Centre International d’Art Verrier) a été créé en 1992, à la place de l’ancienne verrerie. C’est un laboratoire de création qui croise pratiques verrières traditionnelles et questionnements contemporains. Ce pôle de ressource technique prend le parti de valoriser la culture verrière de son territoire, en hybridant tradition et innovation, créativité et application industrielle (résidences d’artistes et de designers, workshops pour étudiants d’écoles d’Art européennes, ligne éditoriale d’objets “made in Meisenthal”, démonstrations publiques, parutions…)

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/03/26/meisenthal-verrerie-dart-de-lorraine-burgun-schverer-c-creee-en-1711-france/

Vase produit chez BURGUN, SCHVERER & Cie (1824-1939), VERRERIE DE MEISENTHAL (1702-1969), VERRERIE D’ART DE LORRAINE d’une hauteur de 15 cm (France)

BURGUN, SCHVERER & Cie (1824-1939), VERRERIE DE MEISENTHAL (1702-1969), VERRERIE D’ART DE LORRAINE (1893-1903), vase quadrangulaire en verre mélangé vert et rouge et marqueterie intercalaire de verre rose à décor de digitales. Signé sous la base à l’or et marqué modèle déposé. Hauteur : 15 cm. Estimation : 1 500 €.

Située dans les Vosges du Nord, elle est née au début du XVIIIe siècle de l’abandon, faute de combustible, de la verrerie de Soucht, le village est mentionné en 1704 avec sa verrerie, sous la forme Meisenbach, le ruisseau des mésanges, puis en 1711 sous sa forme actuelle, Meisenthal, la vallée des mésanges. Le village aurait été précédé par une première verrerie appelée Glasthal, installée au XVIe siècle et disparue au siècle suivant.

Elle devient Burgun, Schverer & C° en 1824. De grands noms franchir la porte de cette verrerie soit pour s’initier avec Emile Gallé (1867) dans la décoration du verre et Désiré Christian.

On la trouve sur la dénomination de Verrerie de Meisenthal entre 1702 et 1969 et Verrerie d’Art de Lorraine entre 1893 et 1903.

A l’issue de la guerre de (1870-1871), Meisenthal se retrouva en Lorraine annexée par la Prusse. Gallé Père & Fils ne pouvaient y accéder régulièrement depuis Nancy. La verrerie employait plus d’un millier d’ouvriers, d’où à l’époque de consacrer une production de verreries d’usage et utilitaires. Un atelier de décoration dirigé par Désiré Christian permettait de mettre une valeur ajoutée aux pièces produites.

De plus l’effectif de cette usine et la crainte de perdre un personnel qui pourrait vendre son savoir-faire ailleurs, nécessité une production importante commissionnée par Emile Gallé. Le succès de l’artiste nancéien à l’exposition universelle de 1889 submergea la verrerie de commandes puis soudainement une baisse.

En 1901, Burgen, Schverer et C° fut transformée en société anonyme, puis pris l’enseigne Désiré Christian & Fils. L’activité de la verrerie cesse en 1939.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/03/26/meisenthal-verrerie-dart-de-lorraine-burgun-schverer-c-creee-en-1711-france/

Vase balustre de BURGUN SCHVERER et Cie à décor floral haut de 32 cm (France)

BURGUN SCHVERER (Verrerie d’Art de Lorraine – Meisenthal), vase balustre sur piédouche en verre multicouche à décor dégagé à l’acide rehaussé de ciselures, émaillé et doré. Le pourtour du pied cerclé d’une monture en vermeil. Signature à l’or dans un chardon et dans la croix de Lorraine « Verrerie d’Art de Lorraine B.S.C déposé », sous la base. Hauteur : 32cm. Estimation : 2 500 €.

Situé dans les Vosges du Nord, elle est née au début du XVIIIe siècle de l’abandon, faute de combustible, de la verrerie de Soucht, le village est mentionné en 1704 avec sa verrerie, sous la forme Meisenbach, le ruisseau des mésanges, puis en 1711 sous sa forme actuelle, Meisenthal, la vallée des mésanges. Le village aurait été précédé par une première verrerie appelée Glasthal, installée au XVIe siècle et disparue au siècle suivant.

Elle devient Burgun, Schverer & C° en 1824. De grands noms franchir la porte de cette verrerie soit pour s’initier avec Emile Gallé (1867) dans la décoration du verre et Désiré Christian.

A l’issue de la guerre de 1870-1871), Meisenthal se retrouva en Lorrain annexé par la Prusse. Gallé Père & Fils ne pouvaient y accéder régulièrement depuis Nancy. La verrerie employait plus d’un millier d’ouvriers, d’où à l’époque de consacrer une production de verreries d’usage et utilitaires. Un atelier de décoration dirigé par Désiré Christian permettait de mettre une valeur ajoutée aux pièces produites.

De plus l’effectif de cette usine et la crainte de perdre un personnel qui pourrait vendre son savoir-faire ailleurs, nécessité une production importante commissionnée par Emile Gallé. Le succès de l’artiste nancéen à l’exposition universelle de 1889 submergea la verrerie de commandes puis soudainement une baisse.

En 1901, Burgen, Schverer et C° fut transformée en société anonyme, puis pris l’enseigne Désiré Christian & Fils. L’activité de la verrerie cesse en 1969.

https://leverrelecristaletlapatedeverre.wordpress.com/2014/03/26/meisenthal-verrerie-dart-de-lorraine-burgun-schverer-c-creee-en-1711-france/

Coupe en verre de Désiré CHRISTIAN haute de 6 cm (France)

Désiré CHRISTIAN (1846-1907) – MEISENTHAL, coupe à corps circulaire polylobée à chaud sur petit talon annulaire en verre doublé rouge brun sur fond jaune et blanc. Décor de fleurs gravé en camée à l’acide et finement repris à la meule. Signée sous la base, située et marqué J. Loth. Hauteur : 6 cm. Diamètre : 20 cm. Estimation : 600 €.

Fils de Jean-Baptiste Christian, garde forestier à Lemberg, puis aubergiste à Meisenthal, et d’Odile Lutz, Désiré Jean Baptiste Christian naît le 23 mai 1846 à Lemberg en Moselle, quelques jours après Émile Gallé. Vers 1859, Désiré Christian entre comme apprenti à l’atelier de décoration à la verrerie de Meisenthal. Avec Eugène Kremer, il est l’émailleur le plus talentueux de sa génération. Il devient ainsi responsable de l’atelier de décor de la société Burgun-Schverer, et l’interlocuteur principal des Gallé père et fils à Meisenthal.

En 1897-1898, Désiré Christian quitte l’atelier de décoration de la verrerie pour s’installer à son propre compte. Il s’associe avec son frère François, sa fille Marie Augustine et son fils Armand. L’atelier installé route de Soucht, s’approvisionne en « blancs » à Meisenthal et à Saint Louis Les Bitche. Sa production est visible au musée de Meisenthal. Ses pièces, aux formes simples, sont gravées à l’acide ou décorées à l’émail rehaussé d’or. Les motifs sont inspirés par la nature, le japonisme, l’orientalisme, ou le style rocaille. Désiré Christian décéda le 19 janvier 1907 à Meisenthal. Ses œuvres resteront influencées par l’œuvre d’Émile Gallé et la production verrière de l’École de Nancy.

https://leverrelecristaletlapatedeverre.wordpress.com/2014/01/28/desire-christian-1846-1907-un-proche-de-galle/

Vase de Burgun SCHVERER et Désiré CHRISTIAN (1843-1907) en verre à décoration de clématites roses (France)

Burgun SCHVERER et Désiré CHRISTIAN (1843-1907),  vase en verre teinté jaune à décor dégagé à l’acide de clématites roses et vertes appliquées à chaud et reprises à la meule.
Signé Verrerie d’Art de Lorraine. Hauteur : 14 cm. Estimation : 3 000 €.

Situé dans les Vosges du Nord, elle est née au début du XVIIIe siècle de l’abandon, faute de combustible, de la verrerie de Soucht, le village est mentionné en 1704 avec sa verrerie, sous la forme Meisenbach, le ruisseau des mésanges, puis en 1711 sous sa forme actuelle, Meisenthal, la vallée des mésanges. Le village aurait été précédé par une première verrerie appelée Glasthal, installée au XVIe siècle et disparue au siècle suivant. Elle devient Burgun, Schverer & C° en 1824. De grands noms franchir la porte de cette verrerie soit pour s’initier avec Emile Gallé (1867) dans la décoration du verre et Désiré Christian.

https://leverrelecristaletlapatedeverre.wordpress.com/2014/03/26/meisenthal-verrerie-dart-de-lorraine-burgun-schverer-c-creee-en-1711-france/

Coupe à décor d’animaux antiques de la verrerie de MEISENTHAL haute de 7 cm (France)

Verrerie de MEISENTHAL/ BURGUN, SCHVERER ET CIE, coupe ronde sur piédouche en verre gravé et émaillé polychrome à décor d’animaux antiques. Deux petits pointes en application. Signée en dessous. Hauteur : 7,5 cm. Diamètre : 11,5 cm.

https://leverrelecristaletlapatedeverre.wordpress.com/2014/03/26/meisenthal-verrerie-dart-de-lorraine-burgun-schverer-c-creee-en-1711-france/

Soliflore de Désiré CHRISTIAN – Meisenthal haut de 31 cm (France)

Désiré CHRISTIAN(1846-1907) -MEISENTHAL , soliflore en verre gravé à l’acide de motifs de végétaux bruns sur fond jaune. Signé Désiré CHRISTIAN. Hauteur : 31 cm.

https://leverrelecristaletlapatedeverre.wordpress.com/2014/01/28/desire-christian-1846-1907-un-proche-de-galle/

https://leverrelecristaletlapatedeverre.wordpress.com/2014/03/26/meisenthal-verrerie-dart-de-lorraine-burgun-schverer-c-creee-en-1711-france/

Vase « Perce-neige » MEISENTHAL, BURGUN et SCHVERER haut de 13 cm (France)

MEISENTHAL, BURGUN et SCHVERER, vase « perce-neige » en cristal. Hauteur : 13 cm. Vers 1895-1903.

Merci à David pour ce partage.

https://leverrelecristaletlapatedeverre.wordpress.com/2014/03/26/meisenthal-verrerie-dart-de-lorraine-burgun-schwerer-c-creee-en-1711-france/

Verre de communion en cristal de la verrerie de MEISENTHAL (France)

V

Verrerie de MEISENTHAL, verre en cristal aux émaux à décor floral, dégagé à l’acide ou à la roue, et chiffré, BC, marqué sous le pied « souvenir de 1ère communion Gabrielle BAUDIN 14 juillet 1899 A.L. BURGUN MEISENTHAL ». Hauteur : 18 cm.

https://leverrelecristaletlapatedeverre.wordpress.com/2014/03/26/meisenthal-verrerie-dart-de-lorraine-burgun-schwerer-c-creee-en-1711-france/

Vase en verre martelé de chez MEISENTHAL (France)

V4 V5

Verrerie de MEISENTHAL (Burgun, Schverer er compagnie), vase en verre martelé à décor floral polychrome et or. Marque de la Verrerie d Art de Lorraine B S et C° (BURGUN, SCHVERER et Compagnie). Hauteur : 21,5 cm.

https://leverrelecristaletlapatedeverre.wordpress.com/2014/03/26/meisenthal-verrerie-dart-de-lorraine-burgun-schwerer-c-creee-en-1711-france/