Archives du mot-clé EMILE GALLE

Document publicitaire commercial des Etablissements GALLE signé par Emile GALLE pour Mr Durand-Tahier (France)

Emile GALLE (1846-1904), document publicitaire d’ébénisterie d’art imprimé en noir et blanc sur papier et illustré d’un cabinet à vantaux en marqueterie avec trumeau et de nombreuses cristalleries. Titré « Ebénisterie d’art : les parfums d’Autrefois ». Avec envoie d’Emile Gallé à « Monsieur Durand-Tahier », situé au « Salon du Champs de Mars » et daté « 1895 ». Estimation : 150 €.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/20/emile-galle-1846-1904-le-maitre-verrier-de-l-art-nouveau-france/

Publicités

Vase à anses d’Emile GALLE réalisé en 1890 à décor d’orchidées haut de 21 cm (France)

Emile GALLÉ (1846-1904), vase balustre en verre teinté vert herbe, à décor d‘orchidées dégagé à l’acide et émaillé et doré partiellement. Anses latérales en verre appliqué à rainures et ailettes. Signé « Émile Gallé » à la roue et inscrit en noir « déposé « Serie C » » sous la base. Hauteur : 21 cm. Estimation : 3 000 €.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/20/emile-galle-1846-1904-le-maitre-verrier-de-l-art-nouveau-france/

Vase Emile GALLE signature à l’étoile à décor de fleurs de clématite haut de 27 cm (France)

Emile GALLE (1846-1904), vase en verre multicouche gravé à l’acide de fleurs de clématite. Signature à l’étoile (période 1904-1908), et étiquette d’origine marquée « Cristallerie d’Art, Emile Gallé, Nancy, Paris, n° 50543 ». Hauteur : 27 cm. Estimation : 1 500 €.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/20/emile-galle-1846-1904-le-maitre-verrier-de-l-art-nouveau-france/

Vase d’Emile GALLE haut de 17,5 cm avec inclusions colorées et craquelures (France)

Emile GALLE (1846-1904), vase évasé aplati en verre épais à inclusions colorées grises et bordeaux sur fond de craquelures. Signé à la pointe et gravé N°9. Pose sur une base en métal argenté. Hauteur : 17,5 cm. Estimation : 5 000 €.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/20/emile-galle-1846-1904-le-maitre-verrier-de-l-art-nouveau-france/

Vase Emile GALLE à décor floral signé « Gallé Expos 1900 »

Emile GALLE (1846-1904), vase en verre multicouche de forme balustre à talon rond. Le corps central du vase est retravaillé à la meule pour former un décor de branchages en relief. Signé « Gallé » à la pointe au trait double et annoté « Expos 1900 ». Estimation : 60 000 €.

En 1874, son père lui confie la direction de son affaire. Il groupe à Nancy toutes les activités : faïencerie, verrerie, ateliers de dessins, de composition, de décor et de gravure. Le 4 avril 1875, il se marie avec Henriette Grimm (1848-1914) et s’installe au 2 avenue de Garenne  dans une grande maison construite en 1873 par son père. De style traditionnel, elle possède 3 étages et est entourée de jardins vastes et touffus.  En 1876, il cesse toute collaboration avec saint Clément.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/20/emile-galle-1846-1904-le-maitre-verrier-de-l-art-nouveau-france/

Portrait de Thérèse GALLE fille ainée d’Emile GALLE, réalisé par Victor PROUVE (France)

Emile GALLE (1846-1904), portrait de Thérèse GALLE fille ainée d’Emile Gallé. Peinture réalisé par Victor Prouvé.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/20/emile-galle-1846-1904-le-maitre-verrier-de-l-art-nouveau-france/

Lampe Emile GALLE haute de 60 cm à décor de campanules (France)

Emile GALLE (1846-1904), lampe à décor de campanules à l’acide en camaïeu de bleu sur fond opalescent jaune. Signé. Hauteur du corps 42 cm. Diamètre du chapeau : 29 cm. Hauteur totale : 60 cm. Estimation : 5 000 €.

On ne peut évoquer « 1900 », « l’Art Nouveau » ou « Nancy » sans évoquer « Gallé ». Le Maître Verrier Emile Gallé a toujours voulu que l’on associe sa ville natale à son nom et son œuvre. Quelques années avant sa mort, il lance « l’Alliance  provinciale des industries d’Art » dite « Ecole de Nancy » (1901), dans un souci de rassembler tous les artistes, artisans et industriels lorrains appartenant à ce mouvement artistique « Art Nouveau ». Emile Gallé était un poète, un savant, un industriel, un humaniste, mais surtout un génie. Toute sa vie, il l’a consacra à comprendre et créer à travers la matière : la céramique, le bois et le verre.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/20/emile-galle-1846-1904-le-maitre-verrier-de-l-art-nouveau-france/

Vase à décor émaillé d’orchidées signé : »Cristallerie d’Emile Gallé Nancy Modèle et décor déposés » d’une hauteur de 20 cm (France)

Emile GALLE (1846-1904), vase à col polylobé en verre teinté vert et rouge dégagé à l’acide et rehaussé d’applications à décor d’orchidées émaillées polychrome. Rehauts de dorures. Inscription sous la base : »Cristallerie d’Emile Gallé Nancy Modèle et décor déposés ». Hauteur : 20 cm. Estimation : 1 200 €.

En 1867, Charles Gallé ouvre son propre atelier de gravure sur verre à Nancy. Il élargie son activité à la faïence où il s’est associé à la manufacture de saint Clément, dont il est l’éditeur, assurant ainsi la commande des pièces et leur diffusion commerciale. Touchant à plusieurs domaines techniques réunis au sein d’une même structure de diffusion, il s’est assuré la maîtrise d’un marché en pleine expansion. Après avoir été longtemps simple fournisseur de l’illustre magasin parisien « L’Escalier de Cristal », il est en mesure de le concurrencer en disposant de son propre réseau d’intermédiaires et de dépositaires. Il finira par élargir son action à l’échelle internationale, en étant présent aux grandes expositions et en recevant des médailles.

En 1858, Emile Gallé entre au lycée impérial de Nancy. Il commence à seconder son père. Très doué pour le dessin, il exécute pour les ateliers de gobeleterie et de faïences des compositions florales, ainsi que des devises et des emblèmes. L’ambiance familiale prédisposait bien à la naissance d’un talent artistique … En 1864, il devient bachelier ès lettres et part pour Weimar. Son penchant pour la botanique lui fait prendre des cours puis il passe ses loisirs à découvrir la flore lorraine, vosgienne et alpine.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/20/emile-galle-1846-1904-le-maitre-verrier-de-l-art-nouveau-france/

Emile GALLE, sa femme et ses filles (France)

Henriette Grimm-Gallé et Emile Gallé vers 1875
Henriette Grimm-Gallé
de gauche à droite : Lucile, Claude, Geneviève et Thérèse Gallé
Émile Gallé (2ième personne débout à gauche) et Henriette Grimm-Gallé (debout en robe noire) photo Ecole de Nancy
Mariage de Thérèse Gallé et Lucien Bourgogne en 1902 à « La Garenne »
Claude Gallé et Geneviève Gallé-Chevalier vers 1900
Claude Gallé
Lucile Gallé

Emile Gallé est très proche des siens, ses parents, sa femme et ses quatre filles qu’il aimait les nommer en plaisantant « ses petites galettes ».

Son épouse se tient en toutes circonstances aux côtés de son mari, allant jusqu’à reprendre la direction de l’usine à la mort de celui-ci en 1904. D’origine alsacienne, elle est issue d’une famille républicaine et progressiste. C’est une femme de tempérament très cultivée. Son engagement en faveur des droits de l’homme, la conduira à prendre une part active dans l’affaire Dreyfus auprès de son époux. Elle aura une correspondance constante avec Zola.

Ils auront 4 filles : Thérèse (1878-1966), Lucile (1879-1981), Claude (1884-1950), Geneviève (1885-1966). Thérèse se mariera avec Lucien Bourgogne (1869-1944). De cette union naitra Jean Bourgogne (1903-1999) unique petit-fils d’Emile Gallé.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/20/emile-galle-1846-1904-le-maitre-verrier-de-l-art-nouveau-france/

Vase en verre signé Emile GALLE à décor de glycines et monture de Léopoldo JANESICH réalisé vers 1870 (France)

Emile GALLE (1846-1904) & Léopoldo JANESICH (1802-1880), vase en verre multicouche et décor gravé la roue de glycines dans les tons de rose sur fond blanc givré, monture en bronze argent au col et à la base à décor ciselé de masques de grotesques et guirlandes.
Hauteur :  23 cm. Signature gravée e au revers « Cristallerie de Gallé Nancy  » et monture signé avec poiçon d’orfévre. Estimation : 4 500 €

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/20/emile-galle-1846-1904-le-maitre-verrier-de-l-art-nouveau-france/