Archives du mot-clé PAUL NICOLAS

Coupe de Paul NICOLAS produite dans les années 1928-1930 (France)

Paul NICOLAS (1875-1952), coupe en cristal avec décor d’inclusions. Diamètre : 31 cm. Estimation : 100 €.

Les signatures :

Entre 1919 et 1920 « P. Nicolas et Mercier St Louis Nancy », « St Louis Nancy » signature gravée en camée à l’acide. Entre 1919 et 1921 « P. Nicolas Windeck » signature gravée en camée à l’acide. Entre 1919 et 1923 « P. Nicolas Villermaux » signature gravée en camée à l’acide et « P. Nicolas Villermaux Nancy » signature gravée en camée à l’acide, « P. Nicolas Mercier Villermaux Nancy » signée en camée à l’acide. Entre 1919 et 1925 « D’Argental » signature gravée à l’acide sur de modèles créés par Paul Nicolas, commercialisés par les Cristalleries de Saint Louis. A partir de 1920 « D’Argental avec la Croix de Lorraine » signatures variantes gravées à camée à l’acide sur les modèles de Paul Nicolas à Nancy. En 1920 « Paul Nicolas 27. RUE MARBEUF PARIS » étiquette. A partir de 1922 « ART VERRIER St LOUIS » signature gravée sur certains modèles dessinés par Paul Nicolas, fabriqués et commercialisés par les Cristalleries de Saint Louis » signature utilisée uniquement par St Louis. A partir de 1925 « P. Nicolas » signature gravée avec variantes et « P. Nicolas Nancy » signature gravée avec variantes et « D’Argental avec Croix de Lorraine SL ».

La signature « D’Argental » :

La signature « d’Argental » fait référence au lieu même de production, à Münzthal : la vallée de l’argent. Il est alors une sorte de traduction ou de dérivé du nom d’origine du village investit par les verriers de Holbach en 1586. La signature « d’Argental » permet de distinguer les pièces de style Art Nouveau des autres pièces, car les articles fantaisie sont nombreux et seront encore produits après 1930 dans un style art déco. Les articles art déco portent une autre signature : simplement « Saint-Louis » ou même sans signature. Pour en finir sur la signature « d’Argental », il reste aujourd’hui un mystère autour de cette autographe. En effet, il y a deux signatures utilisées simultanément pour les articles de style Art Nouveau : « d’Argental » et « d’Argental ‡ » (Croix de Lorraine).

Par l’observation des différentes pièces confondues, on note que la signature suivie de la croix de Lorraine apparaît à partir de 1923, ce qui coïncide avec la rupture de l’association de Paul Nicolas d’avec ses comparses Mercier, Windeck et Villermaux. Et cette signature va être utilisée à peu prés jusqu’à la fin de la collaboration entre Nicolas et Saint-Louis.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/16/paul-nicolas-1875-1952-ou-dargental-verrier-lorrain-un-de-mes-preferes/

Coupe signée SAINT LOUIS ART VERRIER réalisée par Paul NICOLAS vers 1925 d’un diamètre 30 cm (France)

CRISTALLERIE SAINT LOUIS, coupe en cristal noir et blanc avec des bulles incluses reposant sur un fin piédouche. Sur un dessin de Paul Nicolas. Signature gravée sous le talon Saint Louis Art Verrier. Hauteur : 19 cm. Diamètre : 30 cm. Estimation : 450 €.

A partir de 1922, Paul Nicolas passe un contrat avec les Cristalleries de Saint Louis, qui lui fournissent les « bruts » sur la base de ses commandes, et il les travaille à son domicile, au 64 rue de la république à Nancy, dans son atelier. Pendant une année, il utilise la signature « Saint Louis Nancy », puis « d’Argental », accompagné en principe d’une croix de Lorraine pour distinguer sa production de celle des Cristalleries, qui utilisent également la sgnature « d’Argental ».

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/16/paul-nicolas-1875-1952-ou-dargental-verrier-lorrain-un-de-mes-preferes/

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/04/27/la-cristallerie-de-saint-louis-existe-depuis-1586-france-13/

Lampe Berger de Paul NICOLAS à décor de pavots haute de 18 cm (France)

Paul NICOLAS (1875-1952), lampe berger en verre doublé à décor de pavots rouges et orange, dégagés à l’’acide sur fond opalescent. Signée D’ARGENTAL. Beau bouchon en métal doré repercé. Hauteur : 18 cm. Estimation : 600 €.

Paul Nicolas est issu de l’École de Nancy. Elève d’Émile Gallé dont il rejoint l’entreprise en 1894 après un bref passage chez l’architecte Charles André. Il crée en 1919 sa propre entreprise avec trois artistes de chez Gallé : Pierre Mercier, Emile Villemaux et Eugène Henri Windeck et le soutien des Cristalleries de Saint-Louis.

Il produit à contre-courant des goûts de l’époque, des verreries Art Nouveau proches des séries industrielles des Etablissements Gallé toujours en activités. Les blancs sont produits à Saint Louis, alors que la gravure à l’acide est exécutée à Nancy, dans son atelier.

Il signe d’abord ses productions « d’Argental », puis à partir de la fin des années 1920, de son nom, « P. Nicolas », en y ajoutant de temps en temps la mention « Nancy » et parfois la Croix de Lorraine.

Le style de Paul Nicolas évolue avec le temps. Les oeuvres signées « d’Argental » sont typiques de l’École de Nancy, puis s’en écartent progressivement, en particulier en témoignant de l’influence de l’art déco.

Les œuvres signées « P .Nicolas » qui sont donc plus tardives, témoignent de la recherche personnelle de l’artiste vers la stylisation, ainsi que vers des techniques mettant en valeur le cristal, seule matière sur laquelle il travaille jusqu’à la deuxième guerre mondiale. Au sortir de celle-ci, ne pouvant plus se fournir en cristal à Saint-Louis, il travaille le verre jusqu’à sa mort en 1952. Il utilise au cours de sa carrière l’ensemble des techniques de travail du verre et du cristal : émaillage, gravure à l’acide, gravure à la roue, taille à la meule, applications à chaud, décor intercalaire…

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/16/paul-nicolas-1875-1952-ou-dargental-verrier-lorrain-un-de-mes-preferes/

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/21/lampe-berger-des-productions-en-verre-cristal-et-pate-de-verre/

Bonbonnière de Paul NICOLAS signée d’Argental à décor floral (France)

Paul NICOLAS ( 1875-1952), bonbonnière en verre gravé à l’acide, à décor floral. Signée. Diamètre : 12,5 cm. Estimation : 500 €.

Paul Nicolas est issu de l’École de Nancy. Elève d’Émile Gallé dont il rejoint l’entreprise en 1894 après un bref passage chez l’architecte Charles André. Il crée en 1919 sa propre entreprise avec trois artistes de chez Gallé : Pierre Mercier, Emile Villemaux et Eugène Henri Windeck et le soutien des Cristalleries de Saint-Louis.

Il produit à contre-courant des goûts de l’époque, des verreries Art Nouveau proches des séries industrielles des Etablissements Gallé toujours en activités. Les blancs sont produits à Saint Louis, alors que la gravure à l’acide est exécutée à Nancy, dans son atelier.

Il signe d’abord ses productions « d’Argental », puis à partir de la fin des années 1920, de son nom, « P. Nicolas », en y ajoutant de temps en temps la mention « Nancy » et parfois la Croix de Lorraine.

Le style de Paul Nicolas évolue avec le temps. Les oeuvres signées « d’Argental » sont typiques de l’École de Nancy, puis s’en écartent progressivement, en particulier en témoignant de l’influence de l’art déco.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/16/paul-nicolas-1875-1952-ou-dargental-verrier-lorrain-un-de-mes-preferes/

Vase de Paul NICOLAS signé D’ARGENTAL haut de 20 cm à décor géométrique (France)

Paul NICOLAS (1875-1952) D’ARGENTAL, vase en verre gravé à décor géométrique. Hauteur :  20 cm. Signé « D’ARGENTAL ». Estimation : 400 €.

En 1919, il quitte l’entreprise Gallé avec trois autres artistes : Mercier, Villermaux et Windeck, pour créer sa propre entreprise : « les graveurs réunis » (cette association sera dissoute en 1923, les trois autres artistes retournant aux établissements Gallé). Il passe un contrat avec les Cristalleries de Saint Louis, qui lui fournissent les « bruts » sur la base de ses commandes, et il les travaille à son domicile, au 64 rue de la république à Nancy, dans son atelier. Pendant une année, il utilise la signature « Saint Louis Nancy », puis « d’Argental », accompagné en principe d’une croix de Lorraine pour distinguer sa production de celle des Cristalleries, qui utilisent également la signature « d’Argental ».

L’entreprise connaît un grand succès jusqu’à la crise de 1929, qui coïncide également la désaffection du public pour l’art nouveau. Il se sépare petit à petit de ses collaborateurs. Il parvient à produire son activité seul, en donnant une orientation stylistique nouvelle. Il ne reprend pas pour autant une production semi-industriel comme au début, mais participe à de nombreuses expositions où son savoir-faire et reconnu et récompensé par de nombreux prix. Sa production se termine jusqu’en 1952, avec une interruption lors de la seconde guerre mondiale.

Les œuvres qu’il produit de la fin des années 20 à la fin des années 30 sont les plus intéressantes sur le plan artistique de par leur originalité et leur technicité, ainsi que par l’utilisation de couleurs froides comme le vert et le bleu, assez peu usitées dans l’École de Nancy. Ces productions sont signées en général « P. Nicolas », avec ou sans l’adjonction de « Nancy » et parfois, mais très rarement, la date. Après la deuxième guerre mondiale, il se fournit en bruts chez Daum et utilise le four d’Amalric Walter, son ami le plus proche, pour cuire ses vases émaillés, tout en continuant à travailler certaines de ses pièces à l’acide et à la roue.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/16/paul-nicolas-1875-1952-ou-dargental-verrier-lorrain-un-de-mes-preferes/

Vase en verre signé D’ARGENTAL à décor de branches de cerisiers haut de 30 cm (France)

Paul NICOLAS (1875-1952), D’ARGENTAL, vase en verre double de forme ovoïde à décor couvrant de branches de cerisiers et de fruits gravés en profonde réserve brillante rouge-violacé sur un fond opaque rose nuancé. Signé « D’Argental » et Croix de Lorraine.
Hauteur : 30 cm. Estimation : 800 €.

Paul Nicolas a été un exceptionnel Maître-Verrier de Nancy qui a marqué l’Ecole de Nancy. Après avoir travaillé avec Emile Gallé, il créé en 1919 son atelier qui sera situé dans sa maison, au 64 de la rue de la République à Nancy. Au plus fort de son succès, il a compté jusqu’à 12 décorateurs. 

En juin 2013, j’ai eu la chance de rencontrer Florence Nicolas sa petite fille qui vit à Paris. Fille de Jacques (dernier enfant de Paul Nicolas) et Colette Nicolas, elle n’a pas connue son grand-père mais très bien sa grand-mère. Lors de notre rencontre, j’avais le sentiment de vivre un moment extraordinaire. Je buvais ses paroles et je ne cessais de l’observer. Elle avait le regard de Paul Nicolas que j’ai pu découvrir sur des photos d’époque : claire, intelligent et honnête. Florence Nicolas voue son temps à faire connaître son grand-père, qui était d’un humanisme reconnu par tous.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/16/paul-nicolas-1875-1952-ou-dargental-verrier-lorrain-un-de-mes-preferes/

Vase signé d’ARGENTAL haut de 30 cms en verre à décor de pavots réalisé en 1920 (France)

Paul NICOLAS ( 1875-1952), vase balustre en verre multicouches à décor dégagé à l’acide de pavots bleues. Signé d’Argental. Hauteur : 30 cm. Estimation : 500 €.

Sa carrière :

Paul Nicolas est issu de l’École de Nancy. Elève d’Émile Gallé dont il rejoint l’entreprise en 1894 après un bref passage chez l’architecte Charles André. Il crée en 1919 sa propre entreprise avec trois artistes de chez Gallé : Pierre Mercier, Emile Villemaux et Eugène Henri Windeck et le soutien des Cristalleries de Saint-Louis.

Il produit à contre-courant des goûts de l’époque, des verreries Art Nouveau proches des séries industrielles des Etablissements Gallé toujours en activités. Les blancs sont produits à Saint Louis, alors que la gravure à l’acide est exécutée à Nancy, dans son atelier.

Il signe d’abord ses productions « d’Argental », puis à partir de la fin des années 1920, de son nom, « P. Nicolas », en y ajoutant de temps en temps la mention « Nancy » et parfois la Croix de Lorraine.

Le style de Paul Nicolas évolue avec le temps. Les oeuvres signées « d’Argental » sont typiques de l’École de Nancy, puis s’en écartent progressivement, en particulier en témoignant de l’influence de l’art déco.

Les œuvres signées « P .Nicolas » qui sont donc plus tardives, témoignent de la recherche personnelle de l’artiste vers la stylisation, ainsi que vers des techniques mettant en valeur le cristal, seule matière sur laquelle il travaille jusqu’à la deuxième guerre mondiale. Au sortir de celle-ci, ne pouvant plus se fournir en cristal à Saint-Louis, il travaille le verre jusqu’à sa mort en 1952. Il utilise au cours de sa carrière l’ensemble des techniques de travail du verre et du cristal : émaillage, gravure à l’acide, gravure à la roue, taille à la meule, applications à chaud, décor intercalaire…

De nombreuses récompenses émaillent la carrière de Paul Nicolas, dont les plus importantes sont une médaille de bronze à l’exposition universelle de 1900, en tant qu’employé d’ Emile Gallé, la médaille d’Honneur à l’exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes de Paris en 1925, la médaille de Meilleur Ouvrier de France en 1936 et la médaille d’or lors de l’exposition internationale des arts et techniques de 1937. Plusieurs de ses créations ont été offertes à des personnalités de l’époque : le Président Lebrun, la Grande-Duchesse du Luxembourg, le Bey de Tunis… . Une exposition au Musée de l’École de Nancy (6 novembre 2010-11 février 2011) a fait revivre l’homme et son œuvre, oubliés du grand public, sinon des connaisseurs, qui ont toujours reconnu en lui un artiste d’une très grande qualité et originalité. La ville de Laxou a présentée en 2017 dans sa médiathèque une magnifique exposition sur sa vie. Signalons pour être exhaustif que Paul Nicolas était également un dessinateur et aquarelliste de talent. Il a son diplôme des Beaux Arts de Nancy.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/16/paul-nicolas-1875-1952-ou-dargental-verrier-lorrain-un-de-mes-preferes/

Vase de Paul NICOLAS haut de 15 cms à décor de paysage (France)

Paul NICOLAS (1875-1952), vase en verre multicouche au décor, dégagé à l’acide, traité brun et roux sur fond bleu pâle. Signé D’ARGENTAL. Hauteur : 15 cm. Estimation : 250 €.

Paul Nicolas est issu de l’École de Nancy. Elève d’Émile Gallé dont il rejoint l’entreprise en 1894 après un bref passage chez l’architecte Charles André. Il crée en 1919 sa propre entreprise avec trois artistes de chez Gallé : Pierre Mercier, Emile Villemaux et Eugène Henri Windeck et le soutien des Cristalleries de Saint-Louis. Il produit à contre-courant des goûts de l’époque, des verreries Art Nouveau proches des séries industrielles des Etablissements Gallé toujours en activités. Les blancs sont produits à Saint Louis, alors que la gravure à l’acide est exécutée à Nancy, dans son atelier.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/16/paul-nicolas-1875-1952-ou-dargental-verrier-lorrain-un-de-mes-preferes/