Archives pour la catégorie François-Théodore LEGRAS (1839-1916) le destin extraordinaire d’un verrier vosgien (France)

Paire de vases à décor de floral de François-Théodore LEGRAS haut de 27 cm (France)

François-Théodore LEGRAS (1839-1916), paire de vases tube dit « cylindre », à fond opacifié vert et à décor émaillé polychrome de fleurs et branchage or vieilli, frise rocaille dorée. Hauteur : 27 cm. Estimation : 400 €.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/01/21/francois-theodore-legras-1839-1916-le-destin-extraordinaire-dun-verrier-vosgien/

Vase de François-Théodore LEGRAS à décor de glycines haut de 27 cm (France)

François-Théodore LEGRAS (1839-1916), vase en verre multicouche de forme quadrangulaire à base pincée et col droit, décoré de branches de glycines mauves et brunes sur fond marmoréen, signé. Hauteur : 27 cm. Estimation : 900 €.

En 1888, la verrerie de la Plaine Saint-Denis reçoit une médaille d’or à l’exposition de Barcelone : c’est la consécration. Le 27 décembre de cette année, le jour de ses 49 ans, il est fait Chevalier de la Légion d’Honneur par le Président de la République Sadi Carnot.

L’exposition universelle de 1889 est un succès pour le verrier qui propose un catalogue extrêmement varié. Il obtient de nouvelles récompenses, ce qui provoque une nouvelle expansion afin d’augmenter la capacité de production d’autant qu’en 1897 la verrerie de Pantin est rattachée à celle de Saint-Denis. 

En 1902, la verrerie Legras comporte 9 grands fours de fusion à 12 creusets et un four à 8 creusets pour les verres de couleur, soit 10 fours, dont 9 toujours en activité. Elle emploie des ouvriers verriers, des tailleurs, des boucheurs, des artistes décorateurs, dessinateurs, graveurs soit 800 personnes, 1400 avec l’usine de Pantin. La fabrication comprend la verrerie pour la pharmacie et la chimie, le flaconnage, les services de table en verres de toutes les couleurs, certains articles de fantaisies : vases à fleurs, jardinières, coupes en verre blanc ou de couleur, uni et décoré.

François Théodore Legras est nommé Président Directeur Général de « Verrerie et Cristallerie de St Denis », qui deviendra « Legras et Cie » situé avenue de Paris à Saint Denis. La société utilise des dépôts au 22 bis, rue de Paradis à St Denis.  Il se fait une spécialité de la couleur « vert Nil » obtenue par l’acide. Les décors sont souvent cernés à l’or et les formes généralement simples.

https://leverrelecristaletlapatedeverre.wordpress.com/2014/01/21/francois-theodore-legras-1839-1916-le-destin-extraordinaire-dun-verrier-vosgien/

Vase « violettes » de François-Théodore LEGRAS haut de 10 cm (France)

François-Théodore LEGRAS (1839-1916), vase « Violettes » en verre à décor gravé et émaillé
de violettes sur un fond jaspé brun-rouge et gris nuancé. Frise de lambrequins gravés et émaillée or en pourtour du col. Hauteur : 10 cm. Estimation : 150 €.

https://leverrelecristaletlapatedeverre.wordpress.com/2014/01/21/francois-theodore-legras-1839-1916-le-destin-extraordinaire-dun-verrier-vosgien/

Vase « Indiana » de François-Théodore LEGRAS haut de 14 cm (France)

François-Théodore LEGRAS (1839-1916), vase « Indiana » en verre multicouche à col trilobé cerné à l’or à décor de pavots gravé en réserve de couleur rouge-vermillon et de feuillage vert sur un fond givré brun-rouge et bleu-vert, rouge vermillon en interne. A la base du col, des lambrequins gravés et dorés. Hauteur : 14 cm. Diamètre : 13 cm. Estimation : 1 500 €.

https://leverrelecristaletlapatedeverre.wordpress.com/2014/01/21/francois-theodore-legras-1839-1916-le-destin-extraordinaire-dun-verrier-vosgien/

Paire de vases LEGRAS « LAKME » à décor floral haut de 27 cm (France)

François Théodore LEGRAS (1839-1916), paire de vases coniques sur talon dits « vase Lakmé » à fond givré incolore, à décor émaillé polychrome de fleurs et branchages d’or vieilli et frise dorée sur le col dit « dent de loup ». Hauteur : 27 cm. Estimation : 400 €.

https://leverrelecristaletlapatedeverre.wordpress.com/2014/01/21/francois-theodore-legras-1839-1916-le-destin-extraordinaire-dun-verrier-vosgien/

Paire de vases « MUSSET » de François-Théodore LEGRAS haut de 35 cm (France)

François-Théodore LEGRAS (1839-1916), paire de vases torsadés sur talon dits « Musset », à décor émaillé et or de fleurs de pavot; talon et col rehaussé d’or. Hauteur : 35 cm. Estimation : 350 €.

François Théodore LEGRAS est né le 27 décembre 1839 dans le hameau de La Grande Catherine de la commune de Claudon, commune française, située dans le département des Vosges, région Lorraine. C’est un maître verrier de renom et de réputations mondiales, qui n’a pas toujours été reconnu par ses pères. Fils d’un modeste bûcheron, il devient le patron de la plus grande verrerie de France, avec 1400 ouvriers et 150 décorateurs .

Son enfance passée dans un tout petit hameau, en pleine nature, au cœur de la forêt de Darney, l’une des plus belles forêts de France, l’a vraisemblablement marqué et va devenir source d’inspiration pour ses créations axées sur la faune, la flore et surtout sur les paysages de forêts et lacustres.

https://leverrelecristaletlapatedeverre.wordpress.com/2014/01/21/francois-theodore-legras-1839-1916-le-destin-extraordinaire-dun-verrier-vosgien/

Vase « Jeannette » de François-Théodore LEGRAS en verre haut de 16 cm (France)

François-Théodore LEGRAS (1839-1916), vase « Jeannette » en verre translucide à large ouverture polylobée à décor de violettes émaillé et de rehauts dorés sur un fond givré à l’acide. Hauteur : 16 cm. Estimation : 500 €.

https://leverrelecristaletlapatedeverre.wordpress.com/2014/01/21/francois-theodore-legras-1839-1916-le-destin-extraordinaire-dun-verrier-vosgien/

Vase de François-Théodore LEGRAS à décor de violettes haut de 20 cm (France)

François-Théodore LEGRAS (1839-1916), vase balustre à col écrasé, à fond opacifié incolore, à décor gravé à l’acide d’une couronne de violettes et chutes verticales rehaussées d’émail. Hauteur : 20 cm. Estimation : 150 €.

François-Théodore LEGRAS est né le 27 décembre 1839 dans le hameau de La Grande Catherine de la commune de Claudon, commune française, située dans le département des Vosges, région Lorraine. C’est un maître verrier de renom et de réputations mondiales, qui n’a pas toujours été reconnu par ses pères. Fils d’un modeste bûcheron, il devient le patron de la plus grande verrerie de France, avec 1400 ouvriers et 150 décorateurs .

Son enfance passée dans un tout petit hameau, en pleine nature, au cœur de la forêt de Darney, l’une des plus belles forêts de France, l’a vraisemblablement marqué et va devenir source d’inspiration pour ses créations axées sur la faune, la flore et surtout sur les paysages de forêts et lacustres.

Âgé de 20 ans, il entre comme commis dans des verreries proches de son hameau natal. C’est là qu’il apprend son métier. A 25 ans, il quitte ses Vosges natales pour aller travailler à la verrerie de la Plaine Saint-Denis quartier de la ville de Saint Denis proche de Paris où il est embauché comme commis de nuit. En 1867, il se marie avec Elise Constance Broissard, couturière, puis toujours la même année devient directeur de la verrerie, celle-ci ayant changée de mains.

https://leverrelecristaletlapatedeverre.wordpress.com/2014/01/21/francois-theodore-legras-1839-1916-le-destin-extraordinaire-dun-verrier-vosgien/

Vase de François-Théodore LEGRAS à décor d’un château au bord d’un lac haut de 35 cm (France)

François-Théodore LEGRAS (1839-1916), vase en verre à décor émaillé d’un château en bord de lac. Signé. Hauteur : 35 cm. Estimation : 100 €.

François Théodore LEGRAS est né le 27 décembre 1839 dans le hameau de La Grande Catherine de la commune de Claudon, commune française, située dans le département des Vosges, région Lorraine. C’est un maître verrier de renom et de réputations mondiales, qui n’a pas toujours été reconnu par ses pères. Fils d’un modeste bûcheron, il devient le patron de la plus grande verrerie de France, avec 1400 ouvriers et 150 décorateurs .

Son enfance passée dans un tout petit hameau, en pleine nature, au cœur de la forêt de Darney, l’une des plus belles forêts de France, l’a vraisemblablement marqué et va devenir source d’inspiration pour ses créations axées sur la faune, la flore et surtout sur les paysages de forêts et lacustres.

Âgé de 20 ans, il entre comme commis dans des verreries proches de son hameau natal. C’est là qu’il apprend son métier. A 25 ans, il quitte ses Vosges natales pour aller travailler à la verrerie de la Plaine Saint-Denis quartier de la ville de Saint Denis proche de Paris où il est embauché comme commis de nuit. En 1867, il se marie avec Elise Constance Broissard, couturière, puis toujours la même année devient directeur de la verrerie, celle-ci ayant changée de mains.

En 1871, il fit alors construire une nouvelle usine moderne et une cité ouvrière qui au fil des années devint un ensemble industriel de près de 20 000 mètres carrés. Sans fortune, François-Théodore Legras a recours à des commanditaires et constitue une société dont il demeurera le seul directeur gérant responsable.

https://leverrelecristaletlapatedeverre.wordpress.com/2014/01/21/francois-theodore-legras-1839-1916-le-destin-extraordinaire-dun-verrier-vosgien/