Archives du mot-clé Edmond Etling

Vase à décor de chardons d’Edmond ETLING (France)

v1

Edmond ETLING, vase modèle Chardons. Piriforme à décor Art Nouveau de Chardons, fond dépoli arrêtes polies. Hauteur : 27 cm. Largeur : 19 cm. Base : 9 cm. Signé en relief M PERRON dans le bas du décor, et ETLING FRANCE en cercle sur le fond. numéroté 13 au centre du fond.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/03/21/edmond-etling-marchand-editeur-parisien-des-annees-1920-1930-france/

Vase d’Edmond ETLING en verre blanc à décor de chevrons (France)

 

V

Edmond ETLING, vase Toupie Modèle Tateos en verre blanc légèrement patiné sépia. Base rainurée avec creux polis et surface satinée. Décors de chevrons doubles avec alternance d’effets polis transparents et d’effets satinés. Col poli. Hauteur : 20,5 cm. Largueur : 18,3 cm.

Source : http://vases-art-deco.over-blog.com/2015/08/etling-vase-toupie-modele-tateos.html

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/03/21/edmond-etling-marchand-editeur-parisien-des-annees-1920-1930-france/

Grande coupe en verre irisé à décor de feuillage signée ETLING FRANCE estimée 200 € (France)

v v1 V2

ETLING, grande coupe en verre irisé à décor de feuillages, monture en palissandre et métal chromé. La coupe signée ETLING FRANCE 145. Diamètre : 44,5 cm.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/04/04/verlux-une-probable-sous-marque-du-marchand-editeur-edmond-etling-france/

Vase à décor de chevrons géométriques d’Edmond ETLING estimé 380 € (France)

V

Edmond ETLING, vase à corps ovoïde et col ouvert en verre opalescent moulé pressé. Décor de chevrons géométrique. Signé. Hauteur : 17,5 cm.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/03/21/edmond-etling-marchand-editeur-parisien-des-annees-1920-1930-france/

Vase modèle « TATEOS » d’Edmond ETLING (France)

V3

Edmond ETLING , vase modèle « TATEOS ». Col transparent, 2 frises de chevrons polis sur le dessus et autour, partie basse satinée, alternance de triangles satiné et polis. Hauteur : 21,5 cm.  Signé en relief TATEOS dans la partie basse, et ETLING FRANCE en cercle sur le fond.

Source : http://vases-art-deco.over-blog.com/

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/03/21/edmond-etling-marchand-editeur-parisien-des-annees-1920-1930-france/

Vase modèle « Pommes de Pin » de Edmond ETLING (France)

V4

Edmond ETLING, vase modèle « Pommes de Pin » opalescent. Décor dans le style de oeuvres de Georges Béal. Hauteur : 10 cm. Largeur : 9 cm. Base : 6,5 cm. Signé en relief en cercle sur le fond ETLING FRANCE numéroté 31 au centre du fond.

Source : http://vases-art-deco.over-blog.com/

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/03/21/edmond-etling-marchand-editeur-parisien-des-annees-1920-1930-france/

VERLUX une probable sous-marque du marchand-éditeur Edmond Etling (France)

v1v1v3V1V2V4vV2V7Vv1 OLYMPUS DIGITAL CAMERA V3 V4 v5 v6

Le doute subsiste quant à l’origine de la marque VERLUX (qui se situerait en les 2 guerres). Par la qualité des pièces réalisées et du détail des décors, il se pourrait que cette marque soit une sous-marque d’Edmond ETLING.

En effet l’originalité artistique des motifs décoratifs nous rappelle Lalique, Sabino ou Sèvres. On retrouve le même motif de pommes de pin sur les pièces moulées de Etling.

https://leverreetlecristal.wordpress.com/2014/03/21/edmond-etling-marchand-editeur-parisien-des-annees-1920-1930-france/

Edmond ETLING marchand éditeur parisien des années 1920-1930 (France)

v1VVV4V3V1vV V1 V2 V3 V4 V5 V6 V7 V8 V9 V10 V11 V12 V13 V14 V15 V16

Edmond ETLING est un marchand d’objets d’art décoratif parisien, qui a excellé dans les années 1920-1930 en France. Il avait 2 principes fondamentaux : d’une part être toujours « dans le goût » et d’autre part, engager les artistes à la mode.

Ainsi la marque Etling recouvre une impressionnante liste d’artistes : Lucille Sévin, (auteur de vases et statuettes de nus féminins), Geneviève Granger (vases et nus féminins coiffés à la garçonne), Géza Hiecz (animaux et oiseaux), Georges Béal (vases et coupes végétaux stylisés), Dimitri Chiparrus et J-T Delabasse. Son magasin était situé au 29 de la rue de Paradis à Paris où de nombreuses pièces en verre pressé moulé, de la statuaire en bronze, en terre cuite ou en céramiques étaient présentées à la clientèle.

Il fera exécuter les vases Richard entre 1920 et 1929 chez Johann LOETZ WITWE en Bohême du Sud, à Klostermühle. La qualité artistique d’Edmond Etling était comparée à celle de René Lalique. La Cristallerie de Sèvres produit des pièces provenant des moules des modèles dont l’artiste était toujours propriétaire, puis Choisy le Roi (1932) et Vannes le Châtel actuellement. Parce qu’il était juif, Edmond Etling et toute sa famille furent déportés en Allemagne en 1940. L’héritage des précieux moules ne fut jamais réclamé …

Richard BURGSTHAL (1884-1944) musicien, peintre et verrier, signe ses pièces RICHARD

v1VV2V9V5V4V7v1

V6V18 V1 V4 V5 V7 V8 V9 V10 V11 V13 V15 V16

Richard BURGSTHAL, musicien, artiste peintre et maître verrier français, de son vrai nom René Billa, est né à Nice en 1884 et décédé à Juan-les-Pins en 1944 signe ses œuvres RICHARD. Né en d’un père architecte et aquarelliste né à Valparaiso (Chili) et d’une mère italienne, professeur de piano, Richard Burgsthal, prit ce pseudo en hommage à Wagner.

Musicien et pianiste de formation il entre au Conservatoire de Paris en 1895. Wagnérien passionné, il rencontre la compositrice Rita Strohl La Villette en 1903, auteur d’opéras et de légendes celtique d’inspiration wagnérienne. Tous deux sont proches du mouvement théosophique. Encouragé par Rita Strohl, Richard Burgsthal se lance dans la peinture et traduit en grandes aquarelles colorées les visions que lui inspire la musique.

La rencontre avec Gustave Fayet en 1910 à la galerie Barbazanges à Paris où il expose ses œuvres sera décisive. Le riche négociant, mécène et collectionneur, l’engage pour décorer l’abbaye de Fontfroide à Narbonne puis, à partir de 1912, pour y réaliser des vitraux. Burgsthal réalise ainsi en 1912 des décorations : cinq grands triptyques dans le parloir qui illustrent les thèmes légendaires ou mythologiques dans une nature féérique et luxuriante, deux fresques pour le dortoir des moines (qui devient la salle de musique) l’une inspirée du Vaisseau Fantôme de Richard Wagner et l’autre représentant la Musique sacrée, une série d’aquarelles sur papier de Chine s’inspirant de la Tétralogie.

À partir de 1912, avec Gustave Fayet qui acquiert une sablonnière et la verrerie des Sablons dans la vallée de Chevreuse, Richard Burgsthal s’installe à Bièvres. Il met au point son propre four et ses propres techniques de fabrication, s’aidant du traité du moine Théophile (Theophilus Presbyter) datant de 1125 et d’un traité datant de 1202. Il multiplie les essais dans la verrerie des Sablons jusqu’à ce qu’il découvre les bleus de Chartres en avril 1913, les rouges rubis en juillet.

Un éditeur parisien Edmond Etling fera exécuter les vases Richard entre 1920 et 1929 chez Johann LOETZ WITWE en Bohême du Sud à Klostermühle.

Après 1925, Richard Burgsthal continuera de créer des vitraux modernes mais surtout restaurera des vitraux anciens (cathédrale d’Albi, cathédrales de Carcassonne, Narbonne, Saint Bertrand de Comminges…).

http://tourisme.legrandnarbonne.com/uploads/media/BURGSTHAL_2012.pdf